RELIGION - SCIENCES HUMAINES - MYTHOLOGIE - TRADITION ORALE


- Friedrich ABEL – Robert FIESS. CELUI QUI MARCHE DANS LA BEAUTÉ. Des canyons de l’Arizona au monde cérémoniel navajo. La quête d’un Européen en rupture. O.D Editions –Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2012. 191 pages. 22x14. Broché. Photographies en noir et blanc. 19,50 Euros.

Très rapidement, Friedrich Abel a très tôt éprouvé le besoin de fuir le monde clos et grisâtre de son enfance rupture et de confrontation à d’autres forces que celles d’une situation aisée, urbaine.
Son imaginaire travaille et perçoit les grands espaces désertiques du Sud-ouest américain mais aussi les Indiens qui y vivent en grand nombre. Abel intègre très vite comme indissociables Indiens et immensités de la nature sauvage ; c’est pour lui l’appel absolu de la vie, donc de la liberté. C’est le récit de cette irrésistible attirance, que nous livre ici Robert Fiess, cru et sans a priori. Nulle prétention de donner des leçons de sagesse indienne à quiconque, simplement les étapes d’un long travail fleurant une instinctive quête spirituelle nécessaire et profonde qui permettent de retrouver un sens à la vie… C’est écrit par l’un comme vécu par l’autre. Du brut. D’abord resté à l’écart de la civilisation seul des mois durant dans un canyon, Abel approche petit à petit, à force de hasard mais sans rien forcer, la communauté navajo. Rien n’est planifié et pourtant, la force de son témoignage nous fait entrer dans une relation qui, à l’image de la sagesse indienne, porte les hommes à s’épanouir comme passeurs, non comme prédateurs.
Bien involontairement, il ne demandait d’ailleurs rien à personne, Friedrich Abel a été jusqu’au bout de l’initiation, comme de rares Occidentaux – qui souvent le voulaient absolument… – ont pu y parvenir. Il a vécu sur le territoire navajo et connu les deux faces de leur réalité, entre l’enseignement des hommes-médecine et le déracinement des jeunes Indiens dans les villes. Il en a pris tout ce qu’un Occidental peut en distiller. S’il n’a jamais espéré pouvoir « complètement devenir Navajo », il a gagné à leur contact de se réconcilier avec lui-même. Il les remercie de l’avoir sauvé d’une existence aisée mais convenue, tracée d’avance qui empoussiérait son esprit. Aujourd’hui il vit en Arizona comme un aventurier naturalisé américain, qui a trouvé « sa meilleure part de l’Amérique. »

Né en Autriche en 1943, Friedrich Abel, après des études d’ingénieur en recherches pétrolières, puis journaliste scientifique quitte définitivement l’Allemagne pour le Sud-ouest américain dans les années 80. Après avoir vécu chez les Navajos, il passe sept années dans les forces de surveillance de la frontière mexico-américaine. Aujourd’hui retraité, il vit toujours en Arizona. Robert Fiess, a été journaliste à RMC, Europe 1, L’Express, Antenne 2 ; il a créé l’édition  française du magazine Géo, comme rédacteur en chef puis directeur des rédaction tout comme l’Académie Prisma Presse pour la presse magazine. Il anime aujourd’hui, un blog écologiste et écrit sur les problèmes liés à l’énergie.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - JAIME DE ANGULO. UNE FAMILLE DE CHASSEURS INDIENS. Contes et fables des Indiens de Californie. Indian Tales. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge'' . 1994. 259 pages. 22x14. Broché. Traduit par Lola Tronec. Présentation de Carl Carmer. Préface et illustrations de l'auteur. Une carte des réserves indiennes en début de volume.18,29 Euros. (120 F) .

Depuis très longtemps épuisé et très rare, cette collection se devait de reporter à la connaissance d'un nouveau public ce recueil de contes issus de la mythologie des Indiens de Pitt River en Californie. Le texte n'est pas sans rappeler la démarche du ''Dine Bahané des Navajos de P.G. Zolbrod, certains passage ''d'oglala religion'' de W.K. Powers et aussi du ''Livre du Hopi'' de Frank Waters, de la mythologie des Apaches chiricahuas de Morris Edward Opler.''L'action se situe dans les temps préhistoriques et dans l'Ouest des U.S.A. Les hommes ne se distinguent pas encore encore très bien des animaux, ce qui n'empêche pas qu'on puisse les différencier. En compagnie de la famille d'Ours, qui est un brave animal de père, seulement un peu coléreux, de sa femme Antilope, un peu écervelée mais si délicieuse, de leur petit garçon Renard et de leur petite fille bébé Caille, le lecteur part à la découverte d'un monde à la fois simple et fabuleux, enchanteur et merveilleux. Cet ouvrage ravira tous ceux qui aiment la nature, poètes et aventuriers, tous ceux qui ont conservé un peu de fraîcheur d'âme, d'imagination et de sympathie pour l'homme; il ravira, cela va sans dire les enfants''.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


   Harvey ARDEN - Steve WALL. LES GARDIENS DE LA SAGESSE. Sentinelles du monde indien. Wisdomkeepers. Meeting with Native American Spiritual Elders.Suivi de NOBLE RED MAN MATHEW KING. Un sage lakota. Noble Red Man. Mathew King. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 2000. 214 pages. 23x14. Broché. Traduit par Philippe Sabathé et Karin Bodson. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Note de l'éditeur américain. Préface des auteurs. Avant-propos de l'auteur (pour Noble Red Man). 19,06 Euros. (125 F)

Les Gardiens de la Sagesse, ce sont les Indiens, aujourd'hui. Les auteurs les ont rencontrés juste avant la fin du millénaire. A travers leur quête, des représentants de nombreuses tribus s'adressent à nous, au monde, pour délivrer un message de sagesse, d'harmonie et de responsabilité. Les Indiens ici ne donnent pas de leçons et ne se posent pas en exemple. Ils disent leur vécu et chacun fait ce qu'il en veut. Parmi eux, deux grands hommes-médecine qui ont marqué le siècle, les Sioux oglalas Frank Fools Crow et Mathew King Noble Red Man. Par leurs paroles, ils nous rappellent leur identité propre et conséquemment cette évocation est susceptible de nous rappeler la nôtre que nous avons tendance à occulter en oubliant nos traditions, mettant à mal notre milieu naturel et faussant nos relations avec lui. Fragiles dépositaires d'un savoir, d'une connaissance, remontant à plusieurs millénaires, le message des Indiens est précieux quant à notre avenir. Ils ne préservent pas leurs connaissances : ils les vivent ! Ce livre atteste que les cultures indiennes d'aujour'hui, loin d'être fossilisées, éteintes, désagrégées et en proie au désespoirs, demeurent plus que jamais vivaces. Le monde indien, dans son expression la plus authentique, est loin d'être révolu. Tous, avec un verbe inspiré et superbe, s'inquiètent du devenir de l'homme : « Qu'avons-nous fait de notre monde en bafouant les lois naturelles qui régissent les relations de l'homme à la nature et au sacré ? Notre tragédie sera aussi la vôtre ». Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - SLIM BATTEUX. JE PARLE SIOUX LAKOTA. Grammaire Sioux-français. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 1997. 308 pages. 24x16. Broché. Une carte des réserves en début de volume. Avant-propos de l'auteur. 29,73 Euros. (195 F) .

Le lakota, deuxième langue amérindien après le navaho (athapascan) est la langue des Sioux tétons des Plaines. Langue à tradition orale, les missionnaires, en leur temps ont contribué à en faire une langue écrite en établissant des dictionnaires et des grammaires, mais toujours en anglais. Aucun livre de ce type n'existait en français. L'ouvrage ne se présente pas comme une grammaire classique, mais plutôt comme un livre d'école. Il tient compte de la structure orale du lakota et propose une méthode progressive qui apprend surtout à dialoguer. Pour chaque leçon, trois axes sont proposés : des dialogues qui mettent en scène les situations de la vie courante et apprennent à utiliser le vocabulaire - un axe grammatical qui explique les conjugaisons, les règles syntaxiques régissant la langue - le vocabulaire qui regroupe par thèmes les mots les plus fréquemment utilisés. Après avoir lu et intégré ce livre, le lecteur sera en mesure de dialoguer avec les Sioux des réserves de Pine Ridge, Rosebud, Cheyenne River, Standing Rock ou Lower Brulé.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


SAM BEGAY avec Marie-Claude Feltes-Strigler. MOI, SAM BEGAY, HOMME-MEDECINE NAVAJO. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2019. 351 pages. 22x14. Introduction de Marie-Claude Feltès Strigler. Photographies en noir et blanc. Dessins et croquis. Notes en fin de volume. Broché. 21,50 Euros.

Depuis bientôt une vingtaine d’années de séjours prolongés chez les Indiens navajos, l’anthropologue de terrain Marie-Claude Strigler a tissé les liens étroits avec celui qui est devenu, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’un des plus grands homme-médecine navajo : Sam Begay. Ce dernier nous convie à mieux appréhender les blessures secrètes de l’histoire des Navajos et par là contribue à maintenir et à enrichir l’identité tribale tout en perpétuant sa pensée. Sam Begay a accepté de confier sa vision de ce qu’était le monde « avant le début des temps », les mythes, les valeurs qui régissent la vie quotidienne dans la réserve. L’homme nous rapporte le déroulement de plusieurs cérémonies et rites de guérison qu’il dirige et pratique. Il nous fait partager cette Connaissance qui se transmet de génération en génération. Sa voix parle de la richesse de sa culture, d’une vie traditionnelle qu’il sent en danger, des maux du monde moderne qui menacent le mode de vie séculaire navajo, tout comme le nôtre. Ce livre est à ce jour l'un des témoignages des plus aboutis et des plus riches livré par un homme-médecine d’une tribu indienne d'aujourd’hui.
Sam Begay (1935-2015) est né dans la partie de la réserve navajo située en Arizona, issu d’une famille nombreuse et traditionnelle est devenu un homme-médecine renommé et respecté, qui a joué un rôle décisif dans l’élaboration du droit coutumier navajo. Son statut d’Ancien et d’homme-médecine ont fait de lui un des principaux interlocuteurs de la nation navajo. Marie-Claude Feltes Strigler, Maître de conférences à l’Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle, est l’auteur d’une thèse de doctorat, « La Nation navajo – tradition et développement », ainsi que de divers ouvrages sur les Navajos, d’une histoire des Indiens des États-Unis, du livre « Les Indiens osages » dans la présente collection et de nombreux articles sur les nations indiennes.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


BLACK ELK – JOHN G. NEIHARDT. ÉLAN NOIR PARLE. La vie d’un Saint-Homme des Sioux oglalas telle qu’elle fut racontée John G. Neihardt (Flaming Rainbow). (Black Elk Speaks : Being the Life Story of a Holy Man of the Oglala Sioux – as told throught John G. Neihardt (Flaming Rainbow). O.D. Éditions – Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2014. 367 pages. 24x16. Broché. Traduction de la préface de 1932 de John G. Neihardt et du texte, seul, Élan Noir parle par Jacques Chevilliat et Catherine Schuon. Traduction revue et corrigée. Préface de 1961 et 1972 de John G. Neihardt ; postcriptum et appendice de John G. Neihardt ; annotations et postface inédites de Raymond J. DeMallie traduites par Alix de Montal. 30 pictogrammes en couleurs de Standing Bear. Traduction des légendes des pictogrammes par Alix de Montal. 24 Euros.

Black Elk (Hehaka Sapa), emblématique homme-médecine des Sioux oglala, a vécu dans le Dakota du Sud sur la réserve indienne de Pine Ridge de 1863 à 1950. Mais il ne fut pas seulement un « simple » homme-médecine ou, comme on pourrait le supposer, un simple chaman. En tant que chef cérémoniel des Sioux, il fut, par les Pouvoirs qui l’animaient, désigné pour être au sommet de ce qu’on peut appeler une hiérarchie : il est apparu dès le début du XXème siècle, et sans nul doute « grâce » à la « célèbre » Grande Vision qu’il reçut en 1873, comme un Saint-Homme (Holy Man) des Sioux lakotas. Cette expérience unique est à l’origine d’un des livres sur les Indiens les plus lus en Occident : Black Elk Speaks, l’ouvrage fondateur pour saisir la quintessence de la religion des Sioux lakotas. Comme l’a dit l’écrivain lakota Vine Deloria, « Black Elk Speaks est la Bible des peuples autochtones d’Amérique du Nord ». En effet, plus de 64 ans après sa mort, l’ouvrage demeure pour beaucoup d’Indiens un repère, un des textes auquel, globalement, ils se réfèrent lorsqu’il s’agit de leurs traditions. Les signes puissants d’une terrible maladie « initiatique » – un des modes connus de désignation des hommes-médecine choisis par les Pouvoirs – ont révélé au jeune Oglala son devenir dans le monde sacré des Lakotas en relation permanente avec les forces spirituelles visibles et invisibles de l’Univers. Dès qu’il eut conscience de l’importance de la Vision qu’il reçut, Black Elk comprit que toute sa vie il aurait à assumer pour les siens une mission spirituelle. Paru en 1932 aux États-Unis, ce livre, né de la miraculeuse et puissante rencontre entre Black Elk et John G. Neirhardt, étonna le monde et compta pour beaucoup quant à la compréhension des Indiens par les Blancs. Il y a, et c’est incontestable, dans l’histoire des Indiens des Plaines, l’avant et l’après Élan Noir parle. Ce document unique sur la spiritualité et la mythologie lakota recèle un contenu ésotérique qui fait sa beauté, sa poésie, du fait de sa « réécriture » par Neihrardt qui a su transformer, sans le dénaturer, un récit fondateur en une œuvre littéraire hors du commun et reconnue dans le monde entier.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- BLACK ELK - RAYMOND J. DeMALLIE. BLACK ELK ET LA GRANDE VISION. LE SIXIÈME GRAND-PÈRE. The Sixth Grandfather. Black Elk's Teachings Given to John G. Neihardt. Editions du Rocher. Collection «Nuage rouge». 2018. 615 pages. 24x16. Broché. Une carte des réserves en début de volume. Traduit par Philippe Sabathé. Préface de J.M.G. Le Clézio. Préface de l'édition américaine de Hilda Neihardt Petri. Introduction de Raymond J. DeMallie. Remerciements. 24 Euros.


- BLACK ELK - RAYMOND J. DeMALLIE. LE SIXIÈME GRAND-PÈRE. BLACK ELK ET LA GRANDE VISION. The Sixth Grandfather. Black Elk's Teachings Given to John G. Neihardt. Editions du Rocher. Collection «Nuage rouge». 2000. 571 pages. 24x16. Broché. Une carte des réserves en début de volume. Traduit par Philippe Sabathé. Préface de J.M.G. Le Clézio. Préface de l'édition américaine de Hilda Neihardt Petri. Introduction de Raymond J. DeMallie. Remerciements. 22,71 Euros. (149 F) .

Depuis le fameux « Elan Noir parle » publié aux Editions Le Mail en 1987 issu du livre américain de 1932, depuis inégalé, et qui occupe une position prédominante dans l'histoire des publications consacrées aux Indiens aucun texte n'est devenu aussi mythique. Mythique du fait de la réputation du Saint Homme, qui dépassa de loin le cadre de la réserve sioux de Pine Ridge, et par l'universalité du message qu'il délivre. La présente édition présente les paroles d'Elan Noir mais diffère avec le John Neihardt du Mail par l'introduction extraordinaire du grand chercheur américain de Raymond J. DeMallie qui se chargea également de l'édition américaine (plus de cent pages) et la reprise totale et brute des propos de Black Elk sans qu'ils soient revus par qui que ce soit. En effet, le choix de DeMallie était pour cette édition de rendre compte des propos du Saint Homme, pris en direct, sur place, en sténo par la fille de Neihardt, Hilda, sans passer par le prisme du poète de Nouvelle Angleterre que fut John Neihardt. Ce qui devait être une rencontre somme toute conviviale, devint très vite entre Black Elk et l'Américain, une forme de complicité non-dite, quelque chose qui n'a pas encore de nom mais que pressentait - il le dit lui-même - l'homme-médecine.

Comme l'écrit fort justement J.M.G. Le Clézio dans sa préface, « la parole de Black Elk ne résulta pas en un essai de plus sur l'ethnologie et l'histoire de la civilisation sioux ; elle devint un message universel destiné à l'humanité ; pour les Indiens, le livre de Black Elk et de John Neihardt devint, comme l'a dit l'écrivain lakota Vine Deloria, la Bible des peuples autochtones d'Amérique du Nord ».

Plus qu'un homme-médecine, Black Elk fut considéré comme un Saint Homme détenteur d'une Connaissance et de pouvoirs spirituels que seul par la suite acquit son neveu Frank Fools Crow. De son enfance au massacre de Wounded Knee en 1890, Black Elk raconte toute sa vie, avec en point d'orgue sa Grande Vision qui eut lieu en 1873, en passant par la bataille de Little Big Horn en 1876 puis plus tard sa participation au Wild West Show de Buffalo Bill, son voyage en Europe, et enfin son expérience d'homme-médecine jusque dans les années 1940. Avec cette édition, c'est tout un pan inédit de l'histoire des Sioux qui nous est révélé à la fois par Black Elk mais aussi par d'autres intervenants lakotas, comme Standing Bear, à qui DeMallie redonne la parole. Le Sixième Grand-Père - que Black Elk comprend être dans sa Grande Vision - pour citer à nouveau J.M.G. Le Clézio «matérialise l'improbable rencontre entre un sage d'un peuple de sages et l'enthousiasme d'un poète né d'un monde de folie et de rapine. Ecrit à deux voix, ce livre est entre l'incantation et l'épopée, entre le conte et la malédiction. Tour à tour, nous y sentons le souffle de vengeance des peuples sacrifiés, la ferveur d'un homme sincère, et la mémoire idyllique de la jeunesse perdue ». Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - IGNATIA BROKER. RECIT D'UNE INDIENNE OJIBWAY. Night Flying Woman. An Ojibway Narrative. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge » . 2000. 122 pages. 23x14. Broché. Une carte des réserves en début de volume. Préface de Paulette Fairbanks Molin. Prologue. Glossaire des termes ojibway. Traduit par Sandrine Van Cleeve. 14,94 Euros. (98 F) .

Depuis toujours, dans leur propre langue, les Ojibways, ces Algonquins des Grands Lacs du nord-est américain, sont appelés les Anishinabe, le Peuple Originel. Leur langage et leur culture comme toutes les autres tribus relèvent de la tradition orale, d'où l'importance de la mémoire, de l'écoute, de la parole. Avec ce récit, nous comprenons l'importance de cette mémoire, des connaissances qui doivent se transmettrent de générations en générations. Ignatia Broker, de son nom indien Night Flying Woman (Ni-Bo-Wi-Se-Gwe) raconte une histoire qui s'inscrit dans la tradition, c'est-à-dire la continuité culturelle et spirituelle des Ojibways. Bien que l'auteur l'auteur ait vécu des siècles après l'avancée de son peuple de la côte atlantique vers l'Ouest, elle en connaissait le passé, comme imprégnée, grâce au maintien de la mémoire par l'oralité. Racontant les origines du peuple, ses us et coutumes au fil des siècles, Broker dit avec simplicité, humour, limpidité sa propre vie étroitement mêlée à celle de la tribu. De sa naissance aux premiers contacts qu'elle a eut avec les Blancs, nous suivons au fur et à mesure la dégradation qui en découla. Le contact avec une culture étrangère et qui plus est conquérante changea tout un mode de vie. Le livre décrit une philosophie de la vie aussi essentielle aujourd'hui qu'elle ne l'était par le passé. Dans ce récit, la narratrice dit qu'il y aura cinq génération d'Ojibway à construire un Cercle. La première entamera le Cercle et les autres s'éloigneront des modes de vie indiens. Le Cercle sera clos lorsque la dernière génération agira à nouveau à la manière des anciens. Née sur la réserve de White Earth dans le Minnesota en 1919, Ignatia Broker est décédée en 1987. Elle consacra sa vie à l'éducation , l'enseignement en travaillant à mieux faire connaître auprès du public la culture ojibway dans le cadre de la Société d'Histoire des Indiens du Minnesota et de Upper Midwest American Indian Center in Minneapolis. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Marie CAYOL. CHEZ LES PUEBLOS DU NOUVEAU-MEXIQUE. Voyages. (1981-2014). O.D. Éditions –Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2015. 220 pages. 22x14. Une carte des réserves en début de volume. Photographies. 19 Euros.

Peinture de couverture : « Hommage aux Pueblos », Pierre Cayol, 2003. Acrylique et sable sur toile. 120 cm x 120 cm.

Ce livre, à la fois document ethnographique et récit de voyage n’est pas un livre sur les Pueblos, mais avec les Pueblos. Ces témoignages d’aujourd’hui au sein de leurs villages comme en dehors, démontrent la permanence de la vie traditionnelle, sociale et spirituelle qui perdurent dans les différents Pueblos du Nouveau-Mexique. Cayol a vu, a engrangé, au fil des décennies, le fait qu’il n’y a pas de regain des traditions, du souvenir des mythes fondateurs, des chants, de la conservation de la langue, de la conscience de la culture pueblo par ses locuteurs de souche, ou encore d’une espèce de renouveau de la mémoire de l’histoire. Il n’y rien de tout cela pour la simple raison qu’une fois sur place, et en étant un tant soit peu attentif, on ne peut que constater que ces principes et préceptes d’origine qui fondent le monde pueblo n’ont jamais disparu. Ils ont toujours été, sans rupture, à des degrés divers, il est vrai. À bien y regarder, l’ouvrage accrédite en effet l’idée que ce monde indien-là – comme beaucoup d’autres en dépit des épreuves traversées – est depuis ses débuts en perpétuel mouvement, en perpétuelle évolution en fonction de l’environnement et de l’Histoire. C’est l’affirmation vivante, authentique de la continuité de cette permanence. Ce sont aussi des Pueblos, dont certains font depuis longtemps partie de la vie des «auteurs» qui, ici, le disent eux-mêmes.

Marie Cayol, avec son mari Pierre, séjourne régulièrement depuis plus d’une trentaine d'années parmi les Pueblos du Nouveau-Mexique, tout comme parmi les Apaches et les Navajos, dans le Sud-Ouest des États-Unis. Marie est enseignante et essayiste, Pierre Cayol, peintre réputé – une de ses peintures illustre la couverture du présent ouvrage – interprète le monde minéral de Provence comme du Sud-Ouest américain. Il a exposé dans de nombreux pays, la Corée du Sud, les États-Unis à Santa Fé, en Autriche et à Paris au Salon d’Automne, et plus récemment à la galerie Orenda. Il a notamment illustré en 1985, dans un portfolio, La galerie indienne du Fou d’Amérique d’Yves Berger aux éditions Alain Barthélémy, neuf ans après la parution du mythique roman chez Grasset.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Pierre et Marie CAYOL. APACHES. Le Peuple de la Femme-Peinte-en-Blanc. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 2006. 144 pages. 28x22. Préface de N. Scott Momaday. Traduite par Danièle Laruelle. Avant-propos d'Olivier Delavault. Introduction des auteurs. Cartes. Remerciements en fin de volume. 144 photographies dont plus de 10 en couleurs. Tableau géo-linguistique en début de volume. 29.90 Euros.

Cet ouvrage n'a, pour le moment, aucun équivalent dans le monde. Ce livre n'est pas un livre sur les Apaches mais avec les Apaches. Ces témoignages d'aujourd'hui au sein de leurs réserves, mais aussi en dehors, démontrent la permanence de la vie traditionnelle, sociale et spirituelle que les différentes tribus de cette nation indienne a su entretenir, préserver et ce, en dépit de la terrible et accablante pression de l'Histoire. Les photographies de Pierre et Marie Cayol - voyageurs depuis plus de vingt ans au coeur des terres chiricahuas, mescaleros, white mountains et jicarillas en Arizona et au Nouveau-Mexique - accompagnent, non seulement leurs écrits, mais aussi les mots que les Apaches eux-mêmes leur ont confiés avec leur propre vision du monde. Avec ce livre, ce qu'ont voulu les auteurs, c'est l'expression du monde apache dans sa permanence. Pierre et Marie ont vu, ont engrangé au fil des décennies le fait qu'il n'y a pas de regain des traditions, du souvenir des mythes fondateurs, des chants, de la conservation de la langue, de la conscience de la culture apache par ses locuteurs de souche, d'une espèce de renouveau de la mémoire de l'histoire. Il n'y rien de tout cela, pourquoi ? Réponse : tous ces éléments qui fondent la nation apache n'ont jamais disparu. Ils ont toujours été, sans rupture, à des degrés divers, il est vrai. à bien y regarder, l'ouvrage accrédite en effet l'idée que ce monde indien là, - comme beaucoup d'autres en dépit des épreuves, le mot est faible, traversées – est depuis ses débuts en perpétuel mouvement, en perpétuelle évolution en fonction de l'environnement et de l'Histoire. C'est l'affirmation vivante, authentique de la continuité de cette permanence. Ce sont aussi les Apaches, dont certains font depuis longtemps partie de la vie des «auteurs», qui nous le disent eux-mêmes ici. Une mémoire indienne dont Pierre et Marie nous donnent à entendre les paroles que ces Natives ont accepté de prendre pour peut-être mieux nous restituer la nôtre. Grands espaces, évocation de cette permanence culturelle, cérémonielle et religieuse, portraits de la vie quotidienne, éducation, économie, cet ensemble exprime ce qu'est être Apache aujourd'hui comme hier : l'univers apache de toujours, celui qui intrigue, étonne, inspire nos esprits, celui qui fascine et qui a fait connaître au monde, outre son nom, ceux de grands hommes comme Cochise, Victorio, Mangas Coloradas, Nana, Juh, Chihuahua, Loco.

Pierre et Marie Cayol séjournent régulièrement depuis une vingtaine d'années parmi les Indiens apaches, navajos, hopis et pueblos dans le Sud-Ouest des Etats-Unis. Marie est enseignante et essayiste, Pierre est un peintre réputé ; il interprète le monde minéral et met en scène l'architecture savante de ses natures mortes. Le paysage du Sud-Ouest américain et son contenu culturel ont une incidence sur l'évolution de son art. Il a exposé dans de nombreux pays, la Corée du Sud, les Etats-Unis à Santa Fé, en Autriche et à  Paris au Salon d'Automne. Il a notamment illustré en 1985 La galerie indienne du Fou d'Amérique d'Yves Berger, dans un portefolio aux éditions Alain Barthélémy, neuf ans après la parution du mythique roman chez Grasset.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - JEAN CAZENEUVE. LES INDIENS ZUNIS. Les dieux dansent à Cibola. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1993. 272 pages. 23x14. Broché. Préface d'Olivier Delavault. Photographies en noir et blanc. Tableaux. Dessins. Plans. Tableau synoptique des concepts classés suivant les différentes directions. Répertoire des mots indiens ou mexicains employés dans ce livre. Table alphabétique des auteurs cités dans les notes. Table des illustrations, plans et figures dans le texte. Figures hors texte. 19,82 Euros. (130 F) .

Réédition d'un ouvrage de 1957 (Gallimard, collection « L'Espèce Humaine ») de ce grand classique de l'anthropologie française sur les Indiens d'Amérique du Nord. Edition actualisée en préface. ''Avec la danse du Soleil chez les Indiens des Plaines, les cérémonies Kachina chez les Hopis et celles de la puberté chez les Apaches avec les divinités Gan, le Shalako des Indiens zunis est un des rituels des plus important chez les Indiens d'Amérique qui de nos jours perdure. L'auteur a pu, ce qui n'est plus possible de nos jours, assister à toutes les phases de la cérémonie. Les documents photographiques sont exceptionnels. Sur le plan du texte, c'est un monument essentiel, une pièce irremplaçable dans les études ethnologiques appliquées aux Indiens d'Amérique du Nord. L'auteur nous donne ici une description détaillée des coutumes zunis, de l'organisation religieuse, de la mythologie en essayant de remonter jusqu'aux éléments primordiaux du rituel et d'en dégager la signification et la substance profondes''. Un texte profond de par ses portées sociologiques, historiques et philosophiques.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - LOU CUEVAS. LEGENDES APACHES, WHITE MOUNTAINS ET JICARILLAS. Apache Legends, Songs of the Wind Dancer. Editions du Rocher.Collection ''Nuage rouge''. 1997. 184 pages. 22x14. Broché. Traduit par Sandrine Van Cleeve. Peinture de couverture de Claude Dordis. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Introduction de l'auteur. Dessins au trait de l'auteur à chaque tête de chapître. 18,29 Euros. (120 F) .

Ces légendes apaches sont des histoires qui à l'origine étaient chantées par le grand-père de l'auteur. Elles ont pour thème principal tout ce qui se rattache à la création du monde ches les White Mountains et les Jicarillas, tribus apaches de l'Arizona et du nord-est du Nouveau-Mexique. Importantes dans la vision du monde des Apaches, les histoires rapportées dans ce recueil expliquent comment les animaux se sont manifestés pour la première fois sous la forme d'esprits tutélaires puis sous la forme physique, et comment leur raison et leur façon d'être a influé sur l'organisation sociale et religieuses de ces. Elles témoignent aussi de la vitalité, aujourd'hui, des valeurs traditionnelles chez les Apaches.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DANIEL DUBOIS - YVES BERGER. LES INDIENS DES PLAINES. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2001. 226 pages. 32x25. Broché. Préface d'Yves Berger. Avant-propos d'Olivier Delavault. Postface de Daniel Dubois. Illustrations en sépia, couleurs et noir et blanc, photographies, dessins et croquis en couleurs et en noir et blanc de Daniel Dubois, reproductions. 35,83 Euros. (235 F).

Cet ouvrage est plus qu'un album sur les Indiens parmi d'autres sur le même sujet : il est l'oeuvre unique ; une véritable encyclopédie du costume, des moeurs, coutumes, religion et histoire des cultures des Plaines. Outre la qualité des textes, 125 reconstitutions totalisant 1500 personnages, 400 dessins de leur art technique et vestimentaire, 160 photographies, 40 cartes et 40 planches couleurs font que ce livre demeure une référence indispensable à tous ceux qui longtemps ont recherché une documentation irréfutable. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - MARGOT EDMONDS - ELLA E. CLARK. LEGENDES INDIENNES. 1. Les Voix du Vent. 2. Le Chant de l'Aigle. Voices of the Winds. Native American legends. Editions du Rocher. Collection''Nuage rouge''. 1995. 582 pages. 23x14. Broché. Traduit par Danielle Laruelle. Publié en 2 tomes. Tome I : 291 pages. Tome II : 291 pages Remerciements. Cartes des réserves indiennes en début de volume. Présentation par les auteurs : ''c'était avant''. Dessins en noir et blanc de Molly Braun. Glossaire. Index. Réédition du tome I en 1997. 21,19 Euros chaque tome. (139F chaque tome) .

Très gros recueil de légendes issues de la tradition orale amérindienne où l'on peut trouver nombre de mythes de création. Les auteurs ont recueilli les archives du début du XXème siècle les travaux des grands spécialistes et chercheurs de l'époque. L'ensemble se présente par zone géographiques et familles linguistiques : le Nord-Ouest : Chelan-Wasco-Makah-Alaska-Yellowstone-Flathead et Salish-Indiens de la Rivière Columbia-Okanagon-Sanpoil-Aleuts. Le Sud-Ouest:Pima-Hopi-Dineh (Navajo)-Apache-Jicarilla apache-Chipewyan-Zuni-Papago-Paiute-Yokut-Shasta-Mariposa-Shoshone-Dieguenos-Yosemite, Miwok-Poma, Wappo-Luiseno-Washo-Hawaï. Plaines : Cheyenne-Hidatsa-Arikara-Mandan-Sioux-Arapahoe-Blackfeet-Piegan-Ute. Acoma. Centre : Ottawa-Chippewa-Ojibwa-Iowa-Winnebago. Pawnee-Illini-Wichita. Sud-Ouest : Tuskegee-Yuchi-Cherokee-Shawnee-Creek-Alabama-Séminole. Nord-Ouest : Penobscot-Passamaquody-Abenaki- Wabanaki-Seneca-Wampanoage-Micmac-Iroquois. Traditions orales rapportées avec justesse, sans fioritures littéraires à la mode, du brut, mais du vrai.

Acheter ces livres chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


LINDA HOGAN. FEMME QUI VEILLE SUR LE MONDE. Une mémoire indienne. The Woman Who Watches Over the World : A Native Memoir. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2005. 241 pages. 22x14. Broché. Une carte des réserve indiennes en début de volume. Traduit par Caroline Buire. 20, 90 Euros. L'écrivain chickasaw (voir "Le Sang noir de la terre" en "Terres étrangères", revisite dans sa mémoire, à la fois individuelle et collective, les contours et les tréfonds de son esprit, joies et désespoirs, qui ont concouru à faire d'elle ce qu'elle est. Tour à tour, l'espérance et la douleur l'assaillent dans les ténèbres d'une lésion cérébrale dont elle est victime à la suite d'un accident de cheval. Si ce drame a bouleversé sa vie, l'a totalement remise en question, il est en partie la matrice littéraire du présent livre. C'est cette mémoire saccagée qui nous emmène dans d'autres espaces de réflexion et de méditation. La déchéance physique et mentale de la narratrice s'y inscrit en corrélation à celle de la nature dont elle dénonce avec force et conviction els atteintes. L'ouvrage est généreux, fou et inquiet sur le présent et l'avenir. Il est un des cris enfouis, comme étouffés des Indiens d'Amérique, un râle humain qui remonte des limbes et attend en vain qu'on y prête attention. Son enfance, son monde, Linda Hogan en parle avec pudeur mais aussi avec colère, car ce sont les mondes indiens qui, dans leur débâcle, annoncent la nôtre. Après des pages où l'émotion se mêle à la réflexion philosophique et spirituelle, en l'occurence avec les éléments, les animaux, puis la famille comme la recherche d'une mère et les traumas d'enfants adoptés, l'auteur se tourne vers le passé - on l'on rencontre des êtres forts comme Lozen, une femme-guerrière apache chihenne compage de combat du chef Victorio et le chef sioux oglala Crazy Horse - et l'on comprend que certaines valeurs pour les Indiens demeurent intemporelles. Cette mémoire d'un grand écrivain est assez représentative de la pensée indienne d'aujourd'hui. Elle est un écho aux quotidiennes agonies des tribus, une résistance à l'échec et à la mort.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- CLYDE HOLLER. LA DANSE DU SOLEIL DE BLACK ELK. L'Arbre sacré et la Croix. Black' Elk Religion. The Sun Dance  And Lakota Catholicism. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge".  2006. 291 pages. 24x15. Broché. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Remerciements. Préface. Introduction. Deux schémas explicatifs. bibliograhie. Traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Philippe Sabathé. 23,90 Euros.

Clyde Holler, un des plus grands philosophes contemporains des religions, rapporte ici les descriptions et autres témoignages quant aux divers aspects qu'a revêtu sur plus d'un siècle le rite majeur des Sioux : la danse du Soleil. C'est avec leur emblématique homme-médecine, l'Oglala Black Elk, considéré comme "le plus grand génie religieux des peuples indigènes d'Amérique du Nord », qu'est redéfinie cette cérémonie. L'auteur nous livre ses analyses des témoignages sur les pratiques avant l'interdiction de la danse, pendant et après – en apportant quelques corrections chrétiennes de Black Elk qui a fait montre d'une droiture, d'une conscience d'esprit, d'une capacité d'adaptation hors du commun. Témoins oculaires indiens ou blancs, résidents permanents, ou non, dans les réserves lakotas et plusieurs générations de chercheurs sur le terrain, constituent un matériau unique qui inspire une réflexion nouvelle sur ce rituel religieux. à travers le savoir et les Pouvoirs du Saint-Homme, nous sommes au coeur de l'univers spirituel des Sioux. D'autre part, les recherches très affinées de Holler révèlent une réalité assez inattendue : l'avènement d'un syncrétisme religieux entre la religion lakota et les valeurs du christianisme. De l'Arbre sacré, placé au centre du Cercle du Mystère où se déroule la cérémonie, à la Croix, apparaît cette évidence dans laquelle les Indiens bien souvent se retrouvent aujourd'hui, ce qui hier leur permettaient d'éviter des ennuis, et autres privations. Cet ouvrage est probablement le premier, et certainement l'un des meilleurs, qui se penche d'une façon philosophique neutre –  sans préjugés pro-religieux, anti-religieux ou intra-religieux d'aucune sorte - sur certains problèmes que posent les relations des Sioux avec le catholicisme. Il réconcilie ce qui ne paraissait pouvoir l'être, affirmant que la double appartenance était parfaitement logique et légitime, sans tromperie aucune, parce que deux religions aux rites différents mais utilisant les mêmes symboles – ou des symboles proches –  peuvent très bien être pratiquées par une même personne sans qu'elle trahisse l'une ou l'autre. Par ailleurs, en convoquant le neveu de Black Elk, Fools Crow, un des derniers grands chefs cérémoniel lakotas, Holler donne à l'ouvrage un écho très actuel. Les confrontations, les désaccords, les comparaisons qui émaillent le livre sont salvateurs, constructifs, enrichissants et passionnants. Loin des disputes des spécialistes de l'ethnographie et des exégètes de toutes sortes qui prétendent s'approprier le Saint-Homme que fut Black Elk, Holler lui rend enfin l'hommage qui devait depuis longtemps lui être rendu.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


-Didier LATAPIE. DES TERRES SAUVAGES À LA RÉSERVE. UNE AMÉRIQUE INDIENNE. O.D. Éditions – Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2013. 400 pages. 22x14. Broché. Préface Olivier Delavault. Photographies en noir et blanc. 20 Euros.

Des Indiens d’Amérique du Nord, on retient ordinairement des images précises – le calumet par exemple –, des événements majeurs, comme la bataille de Little Big Horn, et des caractéristiques géo-culturelles à l’égal du fameux triptyque bison/guerrier/cheval pour les nomades qui parcouraient les Grandes Plaines. Mais il y a bien plus que cela, tant ces Peuples Premiers ont fait preuve d’innovation, d’interactivité et de dynamisme, même face à leurs conquérants. Nous sommes en présence d’une mosaïque de peuples dont la richesse et la diversité des sociétés étonnent toujours. Elle n’a pas d’équivalent de par l’attrait, l’authenticité et la réflexion qu’elle procure.
Outre une vision personnelle qui s’est forgée après des décennies de lectures et de recherches, l’ouvrage s’appuie sur un large corpus de textes américains, canadiens et français et ce, des études classiques croisées aux dernières recherches en date. D’aucuns vont arguer que le mythe fatigue. Mais au lieu de coucher sur le papier une nouvelle histoire amérindienne ou un concentré d’ethnologie, qui plus ou moins se répète, l’auteur a réalisé une approche thématique à la lumière des recherches et des interprétations les plus récentes. Certains sujets ont déjà été publiés dans la revue Big Bear ; ils ont été revus et augmentés pour la présente édition.
Le travail par thème permet une coupe transversale ethno-historique originale. Plusieurs sujets, souvent considérés comme incontournables, quoique certains ont été peu abordés en langue française jusque-là, sont résolument élargis, comme le tatouage, le scalp, les wampums des Iroquois, la quête identitaire des Cherokees, la danse du Soleil des Sioux, les tapis navajos, les guerriers apaches, les secrets hopis, les gens des Forêts et des Grands Lacs, etc. Pour chaque thématique, l’auteur s’est efforcé d’apporter un maximum d’informations ethnographiques – faisant parler les Indiens – et, lorsque cela était possible, les théories de différents chercheurs en fonction de leur courant de pensée. Partant de là, un accent a été mis sur le symbolisme.
Un ballet de figures emportera le lecteur sur des chemins variés, précédant la « découverte » de Christophe Colomb jusqu’à la fin du XIXe siècle. Il trouvera une prédominance pour la spiritualité, l’art, l’environnement. Il est peut-être temps de renouer avec « l’univers chaleureux de la nature ». D’ailleurs, cette « Amérique indienne » se ponctue par un sujet d’actualité brûlant : les Indiens traditionnels étaient-ils des écologistes ?

L’auteur, fonctionnaire de l’Éducation Nationale, se passionne depuis bientôt quarante ans sur cette Amérique « des commencements » et a déjà écrit un premier livre, La fabuleuse histoire de la ruée vers l’or (Californie – XIXe siècle), Éditions Privat, 2001, (lauréat du 1er Prix Édouard-Privat du jeune écrivain d’histoire).


THOMAS E. MAILS - DALLAS CHIEF EAGLE. FOOLS CROW. L’HOMME-MÉDECINE DES SIOUX.Fools Crow. Éditions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 2020. 418 pages. 22x14. Broché. Traduit par Richard Crevier, revu par Karin Bodson. Préfaces de 1994 et de 2020 par Didier Dupont. Annotations à la nouvelle édition par Olivier Delavault. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Photographies en noir et blanc. Appendices et notes. 20,90 Euros.

À l’instar de la rencontre en 1930 entre Black Elk, homme-médecine lakota, et John G. Neihardt, de laquelle résultat le célèbre Élan Noir parle (Black Elk Speaks), la rencontre dans les années 1970 entre Thomas E. Mails et Frank Fools Crow, chef cérémoniel lakota, procède du même « hasard » de Grand Rendez-Vous spirituel. Né en décembre 1890, année et mois du massacre de Wounded Knee, dans la réserve des Sioux oglalas de Pine Ridge, ce neveu de Nicholas Black Elk est le dernier descendant d’une grande lignée de Saints-Hommes. Outre son parcours personnel, il nous relate un monde et un mode de vie entrelacés à des valeurs morales et spirituelles consubstantielles de l’identité lakota. Au début de sa vie, Fools Crow dut vivre caché, presque exilé sur sa propre terre, pour échapper à l’école des Blancs. Longtemps il pratiqua des rites secrets interdits par le Bureau des Affaires indiennes, particulièrement la danse du Soleil. Toute sa vie au service des siens, Fools Crow a conduit aussi d’autres cérémonies des plus importantes dont celle du Yuwipi, de la Pipe Sacrée, du Hunka, de la quête de la Vision. Tenant à la fois du passé comme du présent, les propos de l’homme-médecine, à leur façon, répondent aux questions que se pose aujourd’hui un vaste public quant au devenir des Indiens d’Amérique du Nord, en l’occurrence sur l’héritage spirituel les Sioux lakotas. En cela la préface de Didier Dupont répond en partie, aujourd’hui, à certains aspects de ce questionnement.

Reconnu comme un des principaux interlocuteurs de personnalités indiennes d’Amérique du Nord à l’instar de John G. Neihardt, Richard Erdoes, Harvey Arden, Thomas E. Mails (1920-2001) pasteur luthérien, a notamment publié Mystics Warriors of the Plains, Sundancing: The Great Sioux Piercing Tradition, Buffalo Soldiers, People Called Apache, The Hopi Survival Kit, Secret Native American Pathways, The Cherokee People.


 - THOMAS E. MAILS.  FOOLS CROW. SAGESSE ET POUVOIR. Fools Crow, Wisdom and Power. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1994. 246 pages. 22x14. Broché. Traduit par Sylvie Carteron. Préface de Didier Dupont. Deux photographies en noir et blanc de Frank Fools Crow. Dessins au fusain. 19,67 Euros. (129 F) .

Frank Fools Crow, chef cérémoniel des Sioux Tetons, est considéré, à juste titre, par beaucoup comme un des plus grand saint hommes des cent dernières années. Neveu de Black Elk et chef tribal, Fools Crow quitte ce monde en 1989 à l'âge de 99 ans. Lors de ces rencontres avec l'auteur, Fools Crow lui avait demandé de ne pas révéler certaines choses de son vivant. Ce livre, qui fait donc suite à ''L'Homme médecine des Sioux'' recèle les déclarations posthumes du Saint-homme. Jamais nous n'avions approché avec autant de simplicité et d'authenticité le sens du secret et du sacré. La préface de Didier Dupont, représentant en France, au moment de sa rédaction en juin 1994, du Lakota Treaty Council, dit bien que ce livre n'est pas un mode d'emploi pour apprenti homme médecine ou chamane. Dupont insiste bien sur ce que dit Fools Crow : ''Quiconque accepte de vivre comme moi peux faire ce que je fais'', que le pouvoir n'appartient pas à l'homme-médecine mais qu'il se sert de lui, car désigné. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - THOMAS E. MAILS.  L'HOMME-MEDECINE DES SIOUX FOOLS CROW (1899-1989). Fools Crow. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 352 pages. 23x14. Broché. Traduit par Richard Crevier revu par Karine Bodson. Avant-Propos de Didier Dupont. Appendice et notes. 20,58 Euros. (135 F) .

L'ouvrage couvre, par l'intermédiaire d'un des derniers grand chef spirituel des Sioux oglalas, le siècle. Fools Crow, né en 1890 et parti en 1989, nous livre ici des aspects connus et méconnus de la tradition lakota, des cérémonies et rituels ainsi que son expérience d'homme responsable sur la réserve de Pine Ridge. Sa démarche purement spirituelle conditionne tout le reste... Un texte plus qu'essentiel aujourd'hui pour qui veut mieux ''saisir'', la véritable identité lakota. Un heureux prolongement, une chance de continuité après Hehaka Sapa (Elan Noir). Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


JOSEPH MARSHALL III. AU NOM DU LOUP ET DES PREMIERS PEUPLES. On Behalf of the Wolf and the First People. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 1999. 228 pages. 24x15. Broché. Traduit par Aline Weill. 19,67 Euros. (129 F). Littérature indienne contemporaine, document/essai, Marshall est Sioux brulé (Sincangu).


Cette suite d'essais et d'articles expose, du point de vue indien, le long calvaire enduré, depuis 500 ans, par les Premiers Peuples de l'Ile de la Tortue à savoir les Indiens d'Amérique du Nord. L'auteur, rend compte de l'exploitation, de l'appropriation de la culture des Indiens des Plaines par les Euro-Américains. Le discours de Joseph Marshall III s'inscrit dans une démonstration intelligente et argumentée des divers modes d'acculturation de pans entiers du patrimoine des Indiens. L'auteur expose les contextes et les mécanismes des représentations du patrimoine des tribus, nous livre le fond de sa pensée quant aux amalgames de tout ordre que ce patrimoine subit. En effet, que revêt l'appellation « art indien », religion et tradition indienne ? Et pourquoi a t'on tendance à prendre tous les Indiens pour des hommes-médecine, des chanteurs à même de conduire une cérémonie, d'exécuter un chant, des artistes capables de fabriquer une poterie, de perler une peau de daim, de fabriquer un arc ? Qu'elle est véritablement la signification d'un objet, d'une arme, d'un vêtement, traditionnels une fois que ceux-ci, sortis de leur contexte géographique, social, religieux et culturel, sont, dans l'ignorance, parfois la vulgarité et bien souvent le mépris amusé, livrés à la vindicte des non-Indiens toutes classes sociales confondues et qu'en advient-il ? Comment une danse, un chant, sont-ils perçus par un public étranger qui ne peut que tourner en dérision, volontairement ou non, leur sens profond, le pourquoi de leur avènement, de leur origine ? Marshall III nous compte alors comment, depuis son enfance jusqu'à aujourd'hui, en partant de la matrice de l'esprit tutélaire du Loup, issu de sa bande des Wolftail, il s'efforce de perpétuer une tradition mise à mal du fait des appropriations effectuées par des non-Indiens qui, malgré leur bonne volonté, singent rituels, loges de sudation, costumes, chants et danses.  Partant de là, il nous explique en détail, tant sur les plans traditionnels, spirituels et techniques, l'art de la chasse, de la fabrication d'un arc et d'une flèche et pourquoi il est toujours important, même si cela peut paraît inutile voire ridicule, de créer cet arc et cette flèche en accord avec des préceptes philosophiques et religieux précis, indissociables de l'arbre et de la branche qui offrent la possibilité de leur donner vie pour prendre une autre vie, indissociables du but qu'on lui assigne, avant pour la guerre, et aujourd'hui encore, la chasse mais pour quel animal, à quelle saison ? Les subtiles réflexions sur la participation des Indiens dans le cinéma, de l'extinction spirituelle des objets traditionnels dans les musées, des galeries d'art qui vendent de l'indiennerie made in Taiwan, nous donnent à réfléchir sur nos propres origines, nos propres traditions comme des leurs.  

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - N. SCOTT MOMADAY.  LE CHEMIN DE LA MONTAGNE DE PLUIE. The Way to Rainy Mountain. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1995. 105 pages. 22x14. Broché. Traduit par Philippe Gaillard. Carte des réserves indiennes en début de volume. Remerciements. Prologue. Avant-Propos. Epilogue. 12,96 Euros. (85 F) .

Dans ce livre, l'auteur raconte les mythes kiowas tels qu'il les a appris de sa grand-mère et médite sur le sens qu'ils peuvent prendre à la lumière de l'histoire indienne contemporaine. Il décrit avec nostalgie le monde indien de son enfance. Récits mêlés, empreints de poésie, de tendresse et de dignité. ''En un sens, le Chemin de la Montagne de Pluie est avant tout l'histoire d'une idée, celle que l'homme se fait de lui-même, idée qui retrouve dans le langage son exisence primitive et essentielle. La tradition orale qui l'a préservée a subi les assauts du temps. Il n'en subsiste que des bribes : mythologie, légendes, traditions et ouï-dire - mais l'idée elle-même demeure aussi primordiale et entière que jamais. C'est là le miracle : L'aube - le jour - le crépuscule.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - N. SCOTT MOMADAY.  L'HOMME FAIT DE MOTS. The Man made of Words. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 262 pages. 23x14. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Avant-propos d'Olivier Delavault. Préface de l'auteur. 20,58 Euros. (135 F).

Livre des livres sur et par les Indiens. Ce qui est ici l'exégèse de l'oeuvre de Momaday est issu de pélerinages dans le monde entier ainsi de l'Asie, de l'Espagne et bien sûr de lieux cultuels, naturels en Amérique du Nord. Ces récits allégoriques, essais et souvenirs montrent comment l'auteur a été reconnu comme la première grande voix amérindienne du XXème siècle. Quand le langage rejoint le Sacré, ce devrait être chose commune à tout le monde et partout. Momaday montre comment l'homme se déracine et se fourvoie s'il ne peut identifier son environnement culturel, physique et spirituel s'il ne peut le nommer. Un grand livre qui est à lui seul la synthèse de tout ce qui a pu se dire et s'écrire sur le sujet. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- N. SCOTT MOMADAY.  LES NOMS. The Names, a Memoir. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2001. 181 pages. 21x14. Une carte des réserves en début de volume. Photographies en noir et blanc. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. 16,77 Euros. (110 F).

Les enfants font confiance au langage. Ils sont ouverts au pouvoir et à la beauté du langage, ce en quoi ils diffèrent de leurs aînés dont la plupart s'imaginent avoir percé le secret des mots, de sorte qu'une grande part de magie leur est perdue. La Création dit à l'enfant : Crois en cet arbre, car il a un nom.

A partir d'une manière banale – généalogie, contes tribaux, souvenirs d'une enfance passée en Oklahoma, à Shiprock en pays navajo et au Pueblo de Jemez au Nouveau-Mexique où ses parents enseignaient – Scott Momaday a construit une oeuvre mystique et stimulante. Les Noms, est un livre de souvenirs, illustré de photos, montage affectif d'éléments autobiographiques, de récits tirés de la tradition orale indienne, d'histoires et d'anecdotes familiales, d'impressions face à la nature omniprésente, sacrée. L'ouvrage nous entraîne au coeur de la genèse d'une identité et d'un imaginaire qui a nourri les sources même du monde de Scott Momaday que le recueil éclaire d'un jour nouveau, intime et poétique. Oeuvre de littérature avec ses références et ses clins d'oeil, ce récit constitue une célébration de la mémoire par laquelle Momaday renoue avec les éléments fondamentaux qui expliquent en filigrane la génétique littéraire de son livre phare La Maison de l'aube, et qui annoncent son dernier ouvrage L'Homme fait de mots. A travers une quête qui démontre de manière exemplaire comment un homme, non seulement garde ses racines, mais aussi les renforce, une voix originale nous donne à entendre ce que cela peut vouloir dire d'être Indien et surtout comment le rester, pour ne pas se perdre... Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - MORRIS EDWARD OPLER.  MYTHES ET CONTES DES APACHES CHIRICAHUAS. Myths and Tales of the Chiricahua Apache Indians . Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 250 pages. 22x14. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Introduction à l'édition américaine par Scott Rushforth. Préface de l'auteur. Notes, en fin de volume (17 pages) comparatives sur la mythologie des Apaches chiricahuas par David French. Annotations de Claude Dordis en bas de page. 22,11 Euros. (145 F) .

Enfin, « le Opler » dont déjà parlait Elliott Arnold dans ''La Flèche brisée en 1942 dans sa préface (édition américaine, reproduite dans les éditions française dès 1951). ''Nous avons affaire ici à une littérature vivante'' écrit Opler. Ses travaux sont, aujourd'hui encore sans égale sur la mythologie chiricahua. Ce recueil exhaustif des mythes résulte de recherches sur le terrain effectuée entre 1931 et 1935 - soit seulement dix-huit années après que les Chiricahuas ont pu retrouver leur terre natale. Ces récits issus de la traditions orales, vont de la destruction de la terre par les eaux aux descriptions des rites de puberté, aux récits des exploits des héros fondateurs comme Femme-Coquillage-Blanc, Tueur-d'Ennemis et Enfant-de-l'Eau. Si ces histoires se passent à une époque mythologique lointaine, elles ont pour toujours façonné les sociétés apaches. De Coyote, animal ambigu à la fois protecteur bienfaisant, mais capable aussi d'introduire la mort dans le monde, à savoir, ici, le monde chiricahua (mais ce monde étant dans leur mythologie l'univers total : qui est Coyote aujourd'hui, et comment ?, en Occident et hors aires culturelles amérindiennes, puisque Coyote est partout sur L'Ile de La Tortue (Amérique du Nord) aux Gan (Crown Dancers) Esprits de la Montagne, plus hautes entités spirituelles de l'héritage sacré des Apaches, un vrai livre sur la mythologie chiricahua.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - FRANÇOISE PERRIOT. LES INDIENS ET LA NATURE..Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge''. 2017. 240 pages. 28x24. Relié. jaquette. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Photographies anciennes en sépia, noir et blanc et retouchée en couleurs. Bibliographie. 39 Euros.

Depuis toujours les Indiens et la Nature ont été deux termes indissociables, liés dans l’image que nous en avons tant dans les grands classiques de la littérature, de la BD ou du cinéma. Le présent ouvrage, s’il n’est pas conçu dans un esprit religieux mystique, ni même par une adhésion à l’idéologie New Âge, procède plutôt d’une forme d’écologie spirituelle. Dans ce voyage, nous sommes conviés à la « re »-découverte d’une terre du début du monde avec des personnages sortis tout droits d’un grand mythe que l’on croyait éteints. Le livre instaure la contemplation d’une nature si puissante dans son omniprésence qu’elle force toujours le respect avec ses paysages qui abritent des animaux sauvages encore libres, et ses horizons enivrants. Évoquer la nature et le monde indien, c’est aussi se référer aux mythes de Création qui ont façonné des siècles de traditions tribales. Les photographies commentées ne sont pas de simples « illustrations » et font plus que d’évoquer la nature. Elles expriment sa diversité, sa force et sa faiblesse, des hommes aux cultures variées qui en dépendaient et avaient appris à vivre avec elle en harmonie, jusqu’au Cercle de la vie brisé à l’arrivée des étrangers venus de l’Est. Les Indiens sublimaient tant les paysages, les grands espaces que nous sommes en mal d’imaginer qu’il ne s’agisse pas d’un phénomène de réciprocité. La disparition des dernières immensités sauvages laisse répandre l’idée que nous assistons à la fin d’un monde, voire notre propre fin. Conçues comme des documents scientifiques, géographiques et ethnographiques, ou comme des curiosités ou des tableaux artistiques, ces photographies – rares et pour certaines inédites – dépassent l’instant furtif de la prise de vue et l’intention du photographe. Elles nous invitent à diriger notre regard vers l’avenir.  Les Indiens ont été combattus, spoliés, dépouillés, humiliés pour être finalement « protégés » par ceux-là même qui les envahirent. Des Parcs naturels pour la Nature, des Réserves pour les Indiens. Pour les deux, un même surprenant pouvoir de résilience.
Françoise Perriot a écrit de nombreux livres dont une grande majorité sur les Indiens d’Amérique du Nord, les chevaux, la nature. Elle été également journaliste en l’occurrence, comme un écho au présent ouvrage, au magazine Terre Sauvage.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - WILLIAM K. POWERS.  LA RELIGION DES SIOUX OGLALA. Oglala Religion. Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge''. 1994. 297 pages. 22x14. Broché. Traduit par Marie-Alix de Solage. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Préface de l'auteur à l'édition française. Huit photographies en noir et blanc hors texte. Tableaux. Appendice A : indications phonologiques. Appendice B : Note sur les sources d'information. Remerciements. Index. Liste des tableaux et figures. 22,11 Euros. (145 F) .

Comme le dit l'auteur, ce livre présente la religion des Oglala et leur mythologie comme les modèles fondateurs de leur organisation sociale et tribale. La population oglala se désigne sous le vocable d'Oceti Sakowin que l'on traduit par les Sept Feux du Conseil. Powers démontre à partir de cette appellation commune à beaucoup de bandes sioux que les oglala contemporains s'accordent avec les données de la mythologie. A l'inverse de la plupart des ethnologues qui posent comme acquise l'acculturation des Indiens, l'auteur recherche dans les structures sociales les éléments qui rappellent la culture traditionnelle. Si, sur les plans économique et technologique l'attraction du monde blanc est indéniable, on sera en revanche surpris de constater que l'indianité lakota perdure à travers les cérémonies, la vie de tous les jours, qu'elle a investi les institutions politiques de la réserve et l'église imposée par les Blancs. C'est aussi un bilan sur la misère sociale qui accable les Sioux''.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - WILLIAM K. POWERS. YUWIPI, RITUEL DES SIOUX OGLALA. Yuwipi. Vision and Experience in Oglala Ritual. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1994. 183 pages. 22x14. Broché. Traduit par Marie-Alix de Solage. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Présentation de Claude Lévi-Strauss d'après les Cahiers de l'Homme 1983. Carte sur la situation de la réserve de Pine Ridge en début de volume. Préface. Introduction. Glossaire des termes lakotas. Index. 19,67 Euros. (129 F) .

Le Yuwipi constitue l'une des clés principales pour comprendre la culture oglala contemporaine. Il s'agit en effet d'un ancien rite très répandu chez les Sioux, destiné à guérir un malade, à retrouver un objet volé ou une personne disparue. Dans une pièce obscure, un homme-médecine ligoté invoque 405 petits esprits qui, au cours de la cérémonie, viendront le délivrer et lui transmettre un message. Mais le recours à ces entités malicieuses et capricieuses n'est pas sans danger. Si leur action se révèle souvent bénéfique, ils peuvent à l'inverse gravement perturber un officiant mal préparé ou désinvolte. Powers montre comme ce rituel est étroitement lié à la loge de sudation et la quête de la vision. Il utilise dans cet ouvrage procédé narratif proche du langage cinématographique donnant ainsi un mouvement et une vitalité que l'on trouvre rarement dans les livres d'ethnologie.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


  - WILLIAM K. POWERS. LA LANGUE SACREE. Le Discours surnaturel chez les Sioux lakotas. Sacred Language. The Nature of Supernatural Discours in Lakota. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2003. 302 pages. 24x15. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Une carte des réserve en début de volume. Photographies en noir et blanc. Tableaux. 22 Euros.

William K. Powers, un des meilleurs spécialistes de la culture et de la langue lakota, a séjourné et travaillé pendant plus de trente ans dans la réserve des Sioux oglalas de Pine Ridge, Dakota du Sud. Participant à leur vie religieuse, traditionnelle et sociale, ll nous fait découvrir avec cet ouvrage ce qu'est la langue sacrée des Lakotas, de quelle façon, dans les structures du langage et de la pensée, cette langue se forme, comment elle est utilisée par les "personnes sacrées" et de quelle manière elle ne cesse d'évoluer. De fait, on voit comment cette langue demeure constamment en prise sur le présent, vivante et apte à répondre aujourd'hui à ce qu'en attendent ceux qui à la fois la comprennent et l'emploient. Scientifiquement élaboré, ce livre passionnant, qui dresse des parallèles inédits entre l'homme-médecine sioux et le prêtre occidental, ne nécessite aucune connaissance ethno-linguistique pour intéresser des personnes non spécialement formées à ces disciplines.

William K. Powers,, dont deux ouvrages (voir ci-dessus) ont été publiés dans la présente collection, est professeur et ancien directeur du département d'anthropologie de la Rutgers University. Il a déjà publié de nombreux livres et fait des tournées de conférences tant en Europe, notamment à Paris au Collège de France, qu'aux Etats-Unis. Spécialiste incontesté des cultures nord amérindiennes et notamment des Lakotas, il est aussi membre de l'American Anthropological Association et du Royal Anthropological Institute of Great Britain.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 SAGESSE INDIENNE D'HIER ET DE DEMAIN. Words of Powers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 117 pages. 19x12. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. Une carte des réserve en début de volume. Index des orateurs. 11,89 Euros. (78 F).


Indiens d'aujourd'hui parlent. C'est un Iroquois de la tribu des Oneidas Norberts Hills Jr. qui a effectué le recueil de ses diverses déclarations amérindiennes d'hier et d'aujourd'hui qui, l'air de rien, annoncent le monde de demain. Bons choix de citations, on peut frémir ou se rassurer, c'est selon. Mais on peut rire, aussi. Aphorismes, prophéties, conceptions du monde, valeurs humaines, sociales, morales, religieuses, métaphysique, tout se présente ici sous le signe d'une cohérence géographique et culturelle ainsi que d'un intégrité qui, à elles seules, soutiennent et renforcent une société humaine. En tous cas, le titre de ce recueil dit bien ce qu'ont toujours formulé les Indiens : leur vision du monde est aujour'hui, et pour l'avenir, la même que celle d'hier. Seuls ont changé les moyens et les apparences. De ce fait, nous voyons que si les peuples et les conditions de vie ont été radicalement bouleversées, les postulats et les orientations originels sont restés d'une constance surprenante et bien souvent visionnaire.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 SAGESSE INDIENNE D'HIER ET DE DEMAIN. Paroles sioux, cheyennes, apaches, hopis, iroquoises rassemblées par Norbert S. Hill Jr, Oneida. Words of Powers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2019. 187 pages. 18x12. Relié. Traduit par Danièle Laruelle. Carte des réserves en début de volume. Index des orateurs. 12 Euros

Des Indiens, d’hier comme d’aujourd’hui, parlent. Norbert S. Hills Jr., Iroquois oneida a recherché, glané, retrouvé ces fulgurances de pensée, ces états de méditations, ces déclarations instantanées comme réfléchies qui définissent un état d’esprit qui est au cœur de la philosophie générale du monde indien d’Amérique du Nord. De Sitting Bull jusqu’à des inconnus en passant par des chefs d’hier et des responsables tribaux contemporains, voici portées à notre connaissance, pour ne pas dire notre entendement, ces diverses réflexions – venant des quatre coins du pays, de l’est à l’ouest, de l’Arizona au Pôle Nord – qui, l’air de rien, annoncent le monde de demain. Bons choix de citations, on peut frémir ou se rassurer, c’est selon. Mais on peut rire, aussi. Aphorismes, prophéties, conceptions du monde, valeurs humaines, sociales, morales, religieuses, métaphysiques, tout se présente ici sous le signe d’une cohérence géographique, culturelle et spirituelle ainsi que d’une intégrité qui, à elles seules, soutiennent et renforcent une société humaine. En tous cas, le titre de ce recueil dit bien ce qu’ont toujours formulé les Indiens : leur vision du monde est aujourd’hui, et pour l’avenir, la même que celle d’hier. Seuls ont changé les moyens et les apparences. De ce fait, nous voyons que si les conditions de vie et les peuples ont été radicalement bouleversés, les orientations et les postulats originels sont restés d’une constance surprenante et bien souvent visionnaire.

Norbert S. Hill, Jr, est inscrit comme membre de la tribu des Iroquois oneidas du Wisconsin. Il a développé et administré des programmes éducatifs pour les jeunes Indiens d’Amérique du Nord et œuvré à de hauts postes de responsabilité dans les administrations universitaires facilitant aux étudiants de diverses tribus d’accéder à l’enseignement supérieur. Hill est titulaire de deux doctorats dans les domaines de l’ingénierie.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - MARK St-PIERRE. TILDA LONG SOLDIER. EN MARCHANT D'UNE MANIERE SACREE. Femmes-médecine des Indiens des Plaines. Guérisseuses, visionnaires et gardiennes de la Pipe (Walking in the Sacred Manner. Healers, Dreamers, and the Pipe Carriers - Medicine Women of the Plains Indians). O.D. Éditions - Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2016. Broché. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Annie-Claire Despaux. Une carte des réserves en début de volume. Introduction de Jackie Yellow Tail (femme Crow), en chemin sur la Voie du Sacré. Vingt photographies hors texte en noir et blanc. Notes. 21 Euros. Réédition de l’ouvrage ci-dessous.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.



 - MARK St-PIERRE. TILDA LONG SOLDIER. EN MARCHANT D'UNE MANIERE SACREE. Femmes-médecine des Indiens des Plaines. Guérisseuses, visionnaires et gardiennes de la Pipe. Walking in the Sacred Manner. Heales, Dreamers, and the Pipe Carriers - Medicine Women of the Plains Indians. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 1999. 264 pages. 24x16. Broché. Traduit par Annie-Claire Despaux. Une carte des réserves en début de volume. Introduction de Jackie Yellow Tail (femme Crow), en chemin sur la Voie du Sacré. Vingt photographies hors texte en noir et blanc. Notes. 22,11 Euros. (145 F) .

Les femmes-médecine, et d'une manière plus générale toutes les femmes indiennes, jouent un rôle prépondérant sur les réserves, notamment depuis que les hommes ont perdu leurs statuts sociaux principaux liés à la guerre et à la chasse. Si nombre d'hommes-médecine qui ont marqué ce siècle sont connus (Nick Black Elk, Fools Crow, Mathew King etc...) le pouvoir et l'héritage sacré chez les Indiens des Plaines par la Voie féminine, reste très peu relaté. Ce livre rassemble des interviews et des récits qui sont autant de témoignages uniques sur la participation des femmes à la vie traditionnelle, aux cérémonies et rituels ces dernières décennies jusqu'à nos jours et notamment chez les Sioux, les Cheyennes, les Crows et les Assiniboines. Une contribution majeure à l'histoire et à l'héritage spirituel des Indiens des Plaines. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 DOMINIQUE SAMSON NORMAND DE CHAMBOURG. LE CHAGRIN DE L'OURS  - Les Khanthys du nord Sibérien. Editions Indiens de Tous Pays - OD. Editions. Collection "Sibérie". 2010. 312 pages. 22x14. Préface de Eremej Ajpin. Avant-propos d'Anne-Victoire Charrin. Remerciements. Note. Cartes. Notes en fin de volume. Index. Broché. 22,00 Euros.

Encore peu connus en France, les Khanty (anciens Ostyaks) sont l'un des trois premiers peuples sibériens sur la route des Russes dans leur conquête infinie de l'Est. Chasseurs-pêcheurs, éleveurs de rennes, ces semi-nomades vivent dans les taïgas de la rive orientale de l'Ob. Les rapports souvent ambigus, parfois violents, entre les communautés autochtones et le monde russe, ont souvent prévalu avant et après 1917. La jeune ethnographie soviétique, tout comme l'opinion publique occidentale, déplorent l'agonie des peuples du Nord. Cependant, étrangers à cette victimisation, les Khanty ne s'occupent que de résister et de s'adapter.

Le présent ouvrage se garde donc d'opposer les deux mondes. Fondé sur des recherches dans des archives ouvertes depuis la fin du régime soviétique, sur des travaux de terrain chez les Khanty du Nord et de l'Est (1996-2008), sur des entretiens avec observation participative ainsi que sur des correspondances, ce livre restitue la complexité de la question des minorités nationales au sein de l'espace russe. Dans les années 30 du XXe s., le chamane sibérien du Tajmyr, Barkhatov, avait dépêché à l'Europe et « aux peuples du monde » un appel à l'aide. De la même façon, l'intelligentsia khanty créée par le pouvoir soviétique en appelle aujourd'hui à ses frères hongrois, à sa parentèle finno-ougrienne, et, au-delà, aux peuples autochtones tels que les tribus indiennes d'Amérique. Le chagrin de l'Ours est l'écho d'un monde bouleversé.

Chargé de cours à l'Institut National des Langues & Civilisations Orientales, membre du Centre de Recherches Russes et Euro-Asiatiques, Dominique Samson Normand de Chambourg séjourne souvent en taïga et travaille avec les Nénètses, les Khanty et les Mansi de Sibérie depuis 1996. Auteur de Le Grand Nord sibérien (L'Harmattan, 1998) et de nombreux articles en France comme à l'étranger, il traduit notamment les écrivains autochtones : « L'étoile de l'aube » (Le Rocher, 2005), « Les caresses de la civilisation » (Paulsen, 2007), « La chatte qui a sauvé le monde » (Paulsen, 2008).

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - DONALD F. SANDNER.  RITUELS DE GUERISON CHEZ LES NAVAJOS. Navaho Symbols of Healings. A Jungian Exploration of Ritual, Image, & Medicine. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2020. 350 pages. 22x14. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Carte des réserves indiennes aux Etats-Unis en début de volume. Reproductions en couleurs de peintures de sable. Photographies en noir et blanc. 24,90 Euros.

Les rituels de guérison navajo ont une dimension sacrée et secrète. Dans la tradition du Diné, les Navajos, l’homme-médecine et le voyant-guérisseur, ou Prêtre, ne sont qu’une seule personne, Intercesseur avec les entités de la Scène du mythe de la Création du Monde. Le livre expose ces rituels et pour chacun, en fonction de la pathologie, de l’atteinte physique ou psychique, détaille les phases menant à la guérison. Le principal support, physique, et artistique, est la création des peintures de sable, dans un contexte rituel et religieux, représentant les formes symboliques de la Création.
L’auteur, psychanalyste jungien, confronte son savoir aux rituels navajos : Voies et Chants magico-religieux permettant d’aboutir à la remise en symbiose de l’individu avec son mental et le monde qui l’entoure. Nous découvrons ainsi la Voie de la Beauté, de la Bénédiction, du Grand Dieu, du Vent, de l’Ennemi, du Projectile, de la Grande Étoile mais aussi le Chant de la Nuit comme celui de la Voie Malfaisante, le Chemin du Pollen.

Donald F. Sandner (1928-1997) a été un analyste jungien de renommée internationale. Il fut président de l’Institut Carl Gustav Jung de San Francisco, résident à l’université de Stanford ; outre États-Unis, ses travaux sont connu et appréciés en Corée du Sud, en Europe et notamment au C. G. Jung Institut de Zurich. Il est l’auteur de nombreux livres dans le domaine de la psychiatrie et de l’ethno-psychanalyse.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - DONALD F. SANDNER.  RITUELS DE GUERISON CHEZ LES NAVAJOS. Navaho Symbols of Healings. A Jungian Exploration of Ritual, Image, & Medicine. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1996. 316 pages. 24x15. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Carte des réserves indiennes aux Etats-Unis en début de volume. Reproductions en couleurs de peintures de sable. Photographies en noir et blanc. 25,15 Euros. (165 F) .

Cet ouvrage initiatique ausculte et approfondit les données mythologiques relatées dans le Diné Bahané de Zolbrod (même collection, 1992) - dont il serait un peu la suite (comme ''Les rites secrets des Indiens sioux'' est un peu celle ''D'Elan Noir Parle'' dès 1987) il offre les clefs de réfléxions inédites sur notre propre héritage et nos anciennes médecines holistiques. Dans la religion traditionnelle des Navajos, le prêtre et l'homme-médecine ne sont qu'une seule personne. Au-delà des symptômes et des soins appliqués au corps physique, ils cherchent à remettre la psyché en harmonie avec l'ensemble des forces naturelles et surnaturelles qui l'entourent. La religion, la médecine et l'art sont alors inextricablement mêlés dans une étonnante unité d'objectifs. Les Tableau des rituels, les chants et les Voix dressés par ce praticien jungien mettent en évidence les processus de guérison développés chez les Navajos.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - KARL H. SCHLESIER.  LES LOUPS DU CIEL. Mythologie et religion des Cheyennes. Chamanisme, cérémonies et origines préhistoriques des Cheyennes. The Die Wölfe des Himmels. The Wolves of Heaven. Cheyenne Shamanism, ceremonies, and Prehistoric Origins. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1997. 266 pages. 24x15. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Carte des réserves indiennes aux Etats-Unis en début de volume. Préface de l'auteur. Guide élémentaire de prononciation. Dessins et croquis en noir et blanc par Wah-pah-nah-yah, Dick West. Epilogue : Aux Tsistsistas. Index. 22,56 Euros. (148 F) .

Ce livre traite de l'arrivée et de l'histoire des premiers Tsistsistas, ou Cheyennes, dans les Plaines. Tsistsistas est le nom que les Cheyennes utilisent pour se définir comme un peuple différent des autres, héritier d'une tradition unique. L'auteur se consacre pour une grande part à l'étude de l'époque transitoire où se formèrent les Cheyennes à partir d'une population antérieure, à savoir les protos-Tsistsistas. Toute une littérature affirme en effet que les structures tribales des Cheyennes ne datent que du XVIIIème siècle, soit un peu plus de cent ans avant leur enfermement dans les réserves. Ces perspectives historiques avancées dénient aux Cheyennes une profondeur et une continuité culturelle comparables à celles des Nations-Etats. La question de savoir ce qu'était la culture des Cheyennes, ses origines sibériennes et ses influences chamanques, n'a jamais été sérieusement soulevée. C'est ici choses faite.L'ouvrage, outre la reconstitution qu'il offre de la cérémonie du Massaum, situe également la conception du monde des Cheyennes dans le contexte de la pensée algonquienne. Ce livre n'aurait pu voir le jour sans l'engagement de son auteur dans l'action anthropologique active à l'Ecole de Chicago dès 1969. Par ailleurs, Edward Red Hat, Gardien des Flèches Sacrées des Cheyennes, ne cessa d'instruire l'auteur sur la religion de son peuple.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 DISCOURS DU CHEF SEALTH. 1994. 23 pages. 20x13. Note de l’éditeur Olivier Delavault. Broché. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Philippe Sabathé.

Ce ''livret'' a été le catalogue de la collection ''Nuage rouge'' en 1994. Le discours succède au dit catalogue qui présente – couvertures en couleurs et résumés – les livres de la collection publiés à cette date.
Sealth, plus communément appelé Seattle, est le vrai nom du chef des Duwamishs. Le discours reproduit ici est resté célèbre. C’est celui qui l’adressa au gouverneur Isaac Stevens lors du conseil qui aboutit au traité de Point Elliott, dans l’Orégon, en 1855. Une réponse exemplaire de simplicité, de dignité et de bon sens, à ces Blancs qui lui demandaient de « vendre » sa terre… Le discours est enfin traduit en français dans sa dimension originelle, dans son intégralité : il s’agit de la version fidèle tirée du Washington Historical Quaterly, Volume XXII, n°4 d’octobre 1931. Document de la collection de Daniel Dubois.

Jusqu’à une époque récente, d’aucuns ont voulu lui donner une interprétation écologique au goût du jour, conforme. Nombres d’éditions publiées ont été abrégées, arrangées et parfois devenues fantaisistes au gré de fantasmes divers. Il est temps de relire ces paroles dans leur dimension universelle loin de tout esprit partisan. S’il y est effectivement question de la place de l’homme dans la nature, plus profondément, c’est l’interdépendance de tout être et de toute chose et leur relation au sacré qui y est évoquée. Un discours sur le mystère de la vie et de la mort, sur le cycle de l’éternel recommencement.

A la lumière des évènements qui blessent le monde, des catastrophes naturelles, les paroles du chef Seatlh prennent des accents prophétiques. La tragédie dont furent victimes les Indiens d’Amérique – tout comme les autres peuples tribaux d’autres continents – ne menace t’elle pas à son tour l’homme « moderne ? »

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.

 - OMER C. STEWART.  LE PEYOTL. Sacrement de l'Amérique indienne. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2001. 519 pages. 24x15. Préface de l'auteur. Traduit par Karin Bodson, Guy Casaril, Philippe Sabathé. Photographies en noir et blanc. Croquis et schémas explicatifs. Notes. 25 Euros. (164 F).

Le peyolt est un cactus, le datura, qui pousse dans les régions du sud-ouest des Etats-Unis et au Mexique. Cette plante est connue et utilisée depuis des siècles par les civilisations de l'Amérique Centrale puis des tribus situées plus au nord ainsi des Yaquis et des Huichols. Dès la seconde moitié du XIXème siècle son utilisation deviendra de plus en plus massive, jusqu'à nos jours, par les Indiens d'Amérique du Nord. Considéré à tort comme simplement une plante hallucinogène, le peyotl a eu son histoire, son rôle galvaudés, récupérés qui lui ont donné une image faussée par les adeptes du New Age ou des déçus de la " Route de Katmandou " des années 60 et 70. Edité aux Etats-Unis en 1987 puis en 1990 avec augmentation de documents, cet ouvrage de Omer C. Stewart est un des seuls qui présente de façon sérieuse le phénomène religieux pan-indien qu'a engendré le peyotl. A la fois historique, ethnographique mais aussi sociologique, scientifique, médical, para-médical, quant à divers domaines de la pharmacopée, et juridique, ce livre, depuis sa parution, fait autorité dans le monde entier. A sa lecture strictement informative – pas un seul instant Stewart ne dérape dans des considérations ésotériques douteuses et infondées et ne se sert du New Age qui est bien loin des authentiques traditions indiennes – on comprend l'importance prise dans toutes les tribus indiennes par cet art divinatoire et médicinal. Ces arts impliquaient bien sûr les religions et traditions originelles et, aux heures les plus terribles de la fin des guerres indiennes, les tribus des Etats-Unis utilisèrent le peyotl pour trouver une raison d'être, pour la survie et la continuité de leur univers spirituel et mythologique. Rendu célèbre aux yeux du grand public par Quanah Parker le chef comanche, le peyotl a souvent servi de support pertinent pour certains livres ainsi de ceux de Castaneda, plus récemment dans le temps dans certains romans de Tony Hillerman et dans le grand classique de Frank Waters L'Homme qui a tué le cerf (" Nuage rouge ", 1992). Par ailleurs,le peyotl a parfois contribué à protéger les religions et les rituels originels ainsi de la danse du Soleil pour ne citer que celui-ci. En effet, il a engendré ce mouvement panindianiste désormais connu sous le nom de Native American Church (Eglise des peuples indigènes d'Amérique du Nord), dont le livre commente avec précision les origines, la façon dont cette Eglise s'est constituée ainsi que d'autres qui se voulaient indépendantes. Cette Eglise est reconnue juridiquement dans certains Etats mais, d'une manière générale, tout le monde s'accorde à la reconnaître quasi officiellement comme phénomène unique de très grande envergure. Dans cette perspective, l'ouvrage démontre bien la capacité de la pensée indienne de s'adapter en toute circonstance car ce mouvement du peyotl est le résultat d'un syncrétisme religieux où la base est constituée de traditions indiennes reliées et conceptualisées en harmonie avec la religion judéo-chrétienne. Pour les Indiens, aujourd'hui, le peyotl est la religion de l'avenir, celle qui va cimenter toutes les tribus sans pour autant qu'elle perdent leurs spécificité propre. Au-delà de l'aspect historique et philosophique, Stewart décrit les déroulement des rituels des différentes tribus – elles sont nommées par dizaine dans leur approche différente des cérémonies – rituels sur lesquels se penchent avec grand intérêt la communauté para-médicale et universitaire moderne. Ce livre, en tout cas, symbolise une révolution culturelle et spirituelle non déclarée qui tend à unifier pour l'avenir toutes les tribus indiennes.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 FRANK WATERS.  LE LIVRE DU HOPI. Histoire, mythes et rites des Indiens hopis. The Book of the Hopi. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 474 pages. 23x14. Broché. Traduit par Marcel Kahn. Schémas et croquis explicatifs au trait. Tableau de prononciation du hopi. Glossaire des mots hopis. Epilogue. Postface de l'éditeur. 25,15 Euros. (165 F) .


Un livre étrange et merveilleux raconté par trente anciens de la tribu indienne hopi du nord de l'Arizona. Les Hopis prétendent avoir été les premiers habitants de l'Amérique et leur village principal, Oraibi, est sans doute le plus vieil habitat occupé en permanence aux Etat-Unis. La plupart des conteurs hopis sont des hommes et des femmes très âgés. Ils racontent l'histoire de leur création, les évènements marquants de leurs Emergences successives dans des mondes antérieurs, les péripéties de leurs longues migrations sur le continent américain, et ils révèlent le sens profond de leurs cérémonies. Ce livre est celui de leur parole. Ce n'est pas un ouvrage de spécialiste, ni une étude d'anthropologue (et pourtant !) : Les mythes, la création des quatre mondes - Les légendes, les migrations des clans - Les mystères, le cycle des cérémonies - L'histoire, le Frère-Blanc-disparu. Ce livre passe pour être le classique absolu sur les Hopis. Dans cette réédition, de nouvelles données sont décrites au sujet du conflit séculaire entre les Hopis et les Navajos. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 BEVERLY HUNGRY WOLF.  PAROLES D'INDIENNES. La voix des grands-mères. The Ways of My Grandmothers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1996. 221 pages. 23x14. Broché. Traduit par Claude Gilbert. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Edition revue, corrigée et augmentée d'un cahier photo hors texte (47 photographies en noir et blanc) avec commentaires traduits par Danièle Laruelle. Dessins explicatifs au trait. 20,58 Euros. (135 F).

''Née dans la réserve des Indiens blood, l'une des plus importante du Canada en Colombie Britannique, l'auteur a connu tout d'abord la vie d'une jeune indienne Blackfoot élevée dans la langue et les coutumes de sa tribu. Il a fallu qu'elle entre à l'école de la réserve pour découvrir, comme ses camarades, la civilisation moderne et un mode de vie qui amènent peu à peu les jeunes de sa génération à perdre leur héritage culturel. Après des études et quelques voyages, elle est retournée à son école, mais cette fois comme enseignante. Inquiète de voir disparaître les traditions de son peuple, elle a consacré des années à réunir toutes les informations qui lui permettraient d'en conserver la mémoire. Elle a recueilli les souvenirs et les histoires que lui racontait sa mère, sa grand-mère et d'autres femmes de la tribu qui, selon la coutume, étaient aussi ses grands-mères. L'ouvrage constitue une contribution majeure à notre connaissance des Indiens.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 CHARLES L. WOODARD. VOIX ANCESTRALES. Conversations avec N. SCOTT MOMADAY. Ancestrale Voice. Conversations with N. Scot Momaday. Editions Indiens de Tous Pays - OD. Editions. Collection « Nuage rouge ». 2010. Broché. 22x14. Notes. Traduit par Daniel Lemoine. Dialogues, conversations, entretiens. Les trois à la fois pour ce grand témoignage du mythique écrivain kiowa, le seul indien d'Amérique ayant eu le prix Pulitzer, en 1969, pour son chef-d'oeuvre The House Made Of Dawn. Il s'agit ici d'un dialogue sur la littérature indienne mais avec la voix de Momaday, nous entendons celles enfermées dans les livres et les ressacs de l'Histoire. 20 euros.

Outre qu'il est l'écrivain indien d'Amérique du Nord le plus connu dans le monde, N. Scott Momaday est déjà venu plusieurs fois en France – notamment au Festival étonnants Voyageurs de Saint Malo – à l'occasion des livres traduits pour la présente collection. Artiste de la Paix à l'Unesco, invité d'honneur pour l'inauguration du Musée du Quai Branly, cet écrivain, puriste de la langue et philosophe du langage, nous fait par de ce qu'il entend dans ce que représente pour lui l'acte même de conter, d'écrire au sens très indien du terme. En exprimant la quintessence de son monde mythologique, tant sur les plans personnel, philosophique, historique et spirituel, Momaday replace l'individu au centre de la création artistique, de son identité propre et de son émotion unique.

La collection Nuage rouge a publié cinq ouvrages de Momaday, dont le fameux La Maison de l'aube. Trois de ses livres traduits dans ladite collection ont été repris en poche chez Folio.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - PAUL G. ZOLBROD.  LE LIVRE DES INDIENS NAVAJOS. DINE BAHANE. Histoire de la Création chez les Navajos, Dine Bahane. The Navajo Creation Story. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 508 pages. 23x14. Broché. Traduit par Philippe Sabathé. Remerciements. Guide élémentaire de prononciation des mots navajos. Introduction de l'auteur. Notes. Glossaire des mots navajos - chapitre par chapitre - établi par Philippe Sabathe et Claude Dordis. Pour la troisième réimpression (1995) changement de couverture. 27,29 Euros. (179 F) .

Pour la première fois en langue française, un - le - grand texte religieux sur la mythologie navajo. Issu d'une tradition orale séculaire, le Diné-Bahané est le discours des origines ou l'histoire du vraie du peuple navajo. Au commencement, le futur peuple du Dinétha vit dans des univers souterrains sous l'aspect d'animaux divers, notamment d'insectes. Par métamorphoses successives dans cinq mondes différents, les Navajos se rapprochent de la configuration humaine pour aboutir à l'Emergence finale. L'ouvrage contient des enseignements profonds sur les notions de morale et d'harmonie des Diné. Ce texte sacré, aux confins de la poésie et du fantastique, nous permet de découvrir une autre Amérique que celle de 1492, parcellaire et orientée. Grâce à la transcription de l'auteur, l'avènement de l'Homme selon les Navajos nous est ici restitué.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Retour à l'accueil

Site maintenu par Olivier Delavault. Pour m'écrire, cliquez ici.



© Olivier Delavault - Mars 2000.