ROMANS


- ELLIOTT ARNOLD. LA FLECHE BRISEE. Blood Brothers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 494 pages. 22x14. Broché. Traduit par Jean Muray. Préface d'Olivier Delavault. Avant-Propos de l'auteur. 20.58 Euros. (135 F).

« Le Livre de la Terre spirituelle de Cochise ». Un des romans historiques les plus importants et les plus crédibles sur la nation apache. Ecrit d'après des documents historiques et biographiques fruits de longues recherches ; l'auteur s'est particulièrement attaché à mettre en relief la belle figure de Cochise chef des Apaches chiricahuas chokonen. Nombreux et précieux renseignements chronologiques et ethnologiques. Ce livre constitue une pierre, un repère pour ce qui est de l'histoire des Apaches. En effet, à travers le chef Cochise, Chef héréditaire chiricahua, c'est la nation apache toute entière qui ici nous mîmes son exceptionnelle tragédie. Les détails historiques revêtent dans ce texte une importance capitale. Rarement un texte sur les Indiens d'Amérique du Nord a atteint ce sommet d'intensité et de désespoir même si ici - mais c'est Arnold et l'époque d'écriture du roman - la personnalité de Cochise est excessivement anoblie. Pour plus de renseignements, voir sa biographie par Edwin R. Sweeney dans la même collection, le fameux Les Cent premières années de Nino Cochise en Points Seuil, puis, par Arnold son fabuleux roman historique  Le Temps des Gringos , Phébus. Pour en savoir beaucoup plus, voir dans la rubrique histoire à la biographie de Sweeney sur Cochise et cliquez sur "pour en savoir plus sur ce livre".

Edition épuisée, voir nouvelle édition, rubrique "Autres éditeurs-autres livres".

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- RODNEY BARKER.  LE CERCLE BRISE.  Meurtres en pays navajo. Broken Circle. A True story of Murder and Magic in Indian Country. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1995. 383 pages. 24x15. Broché. Traduit par Marie-France Girot. Introduction de l'auteur. Carte des réserves indiennes en début de volume. 21.19 Euros. (139 F).

Dans les années 1980, un journaliste, l'auteur, enquête, revient sur une affaire dans laquelle il était ''tombé'' en 1974 à Farmington, Nouveau-Mexique près de la réserve du Dineh (Navajo). Des Navajos sont donc trouvés assassinés, nus ayant subi des sévices et tortures de toutes sortes. Les auteurs de ces atrocités sont trois jeunes gens blancs de la High School de Farmington. L'affaire fait grand bruit. Le verdict est clément pour les meurtriers. Par la Voie navajo, le Dineh demandera réparation, rétablissement de l'équilibre rompu.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- RUTH BEEBE HILL.  HANTA YO OU LA VIE QUOTIDIENNE CHEZ LES SIOUX TITONWANS ENTRE 1750 ET 1835. Hanta Yo. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1993. 525 pages. 23x14. Broché. Traduit par France-Marie Watkins. Carte des réserves indiennes aux Etats-Unis en début de volume. Introduction de Chunksa Yuha. Au lecteur par l'auteur. Remerciements. Chronique d'hiver lakota 1750 à 1835. Arbres généalogiques des familles indiennes concernées. Glossaire des termes lakotas. 21.19 Euros. (139 F).

Traduit de l'anglais après avoir été réécrit en lakota, pour rester fidèle au style, à la structure, à la pensée, à l'idiome Siouan, ce texte, au delà de la fiction, est une oeuvre littéraire et historique remarquable. ''Hanta Yo est l'histoire d'une famille d'Indiens titonwans, entre 1750 et 1830, à une époque où leur civilisation millénaire conserve encore toute sa pureté mais apparaît déjà menacée par l'apparition des premiers pionniers. Le récit s'inspire de chroniques illustrées retraçant sur une peau de bison la vie du clan au fil des saisons. Une succession presque ininterrompue de scènes de chasse et de guerre colore le récit, avec une précision, un éclat, une vigueur exceptionnels. Mais au-delà de ce pittoresque attendu, l'ouvrage nous fait revivre pour la première fois de l'intérieur la vie quotidienne des Premiers Américains telle qu'elle demeurait encore il y a quelques décennies, inchangée depuis le fond des âges''. (Epuisé, voir disponibilité).

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- BETTY LOUISE BELL. COMME DES VISAGES DANS LA LUNE. Faces in the Moon. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge'' . 1996. 184 pages. 22x14. Broché. Traduit par Marie-France Girod. Cartes des réserves indiennes en début de volume. 19.51 Euros. (128 F) .

Ta grand-mère était une Cherokee de " sang pur " répétait ma mère, aussi loin que je me souvienne. C'était le début d'une confidence...

Petite fille, Lucie a été élevée avec les histoires de sa famille, que les voix de sa mère et de sa tante tissaient inlassablement à la table de la cuisine, comme un fil tendu entre les générations. Ces générations, pourtant sont déchirées. Génération perdue pour les deux femmes qui, rejetant la vie et les moeurs rurales des leurs, les Cherokees de l'Oklahoma, se sont lancées dans une poursuite pathétique et pitoyable d'un rêve américain où elles n'ont aucunement place. Génération du refus pour Lucie qui, devenue adulte a pris ses distances avec cette mère usée, bouffie, aux ridicules cheveux décolorés, est devenue professeur d'université dans le Michigan.

Aujourd'hui, à la quarantaine, Lucie revient sur les lieux de son enfance, appelée auprès de sa mère transportée d'urgence à l'hôpital. Seule dans la pauvre maison elle va, dans une douloureuse confrontation avec l'image maternelle, retourner aux sources de son existence et recueillir son héritage indien. A travers ce retour sur sa mémoire, Lucie va tenter de renouer avec une tradition qui se meurt. Dans cette quête, c'est elle-même qu'elle retrouve à la fin du voyage où l'on peut voir ces visages de femmes dans la lune.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- THOMAS BERGER.  LITTLE BIG MAN. MEMOIRES D'UN VISAGE PALE. Little Big Man. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1991. 450 pages. 23x14. Broché. Traduit par France-Marie Watkins. Avant-propos d'un homme de lettre Jack Crabb. Avant-Propos d'Olivier Delavault. Réédité en 1998 avec carte des réserves indiennes en début de volume. 21.34 Euros. (140 F) .

Au bel âge de cent onze ans, Jack Crabb dicte ses souvenirs d'homme des Plaines, éclaireur, Indien, bagarreur. L'auteur vit tantôt avec les Cheyennes dont il est le frère, tantôt avec les Blancs qui le rejeteront. Les ''Mémoires d'un Visage Pâle'' sont une fresque romanesque et historique des plus importantes sur les Indiens des Plaines. Poignant, épique, c'est la destinée tragique de la nation cheyenne (famille des Algonquins avec leurs voisins Arapahoes) qui nous est contée ici. D'une écriture mi-parlé, mi-"écrite", l'oeuvre fait date depuis sa première publication en 1964 et nous donne un document unique sur l'Ouest dans les Grandes Plaines. Picaresque et méditatif, l'ouvrage dépasse de loin le simple cadre du Western - si tant est que ce cadre est empreint de simplicité - mais est avant tout une oeuvre littéraire mondiale de premier plan.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- THOMAS BERGER.  LE RETOUR DE LITTLE BIG MAN.  Return of Little Big Man. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 2000. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. 22.11 Euros. (145 F) .

On retrouve le Sieur Jack Crabb/Thomas Berger, à l'âge de 111 ans qui de son hospice sur son magnétophone récidive et raconte la suite de ses aventures là où il nous avait laissés dans le premier tome. Roman de la route picaresque, l'ouvrage est une chronique sévère de la conquête ou les Amis des Indiens de l'Est sont copieusement étrillés tel que Hyde le fit dans son oeuvre ; par ailleurs, la vision de cette conquête et de l'Ouest américain est a relié de toute évidence avec les réflexions de N. Scott Momaday dans « L'Homme fait de mots ». Néanmoins, ce roman iconoclaste, instructif, donne l'impression que souvent - de Deadwood avec Hickook et Bat Masterton, à Tombstone avec les Earp et Doc Holliday, jusque dans l'Est avec Buffalo-Bill et Sitting Bull, puis dans toute l'Europe avec le fameux Wild West Show - des dénommés Céline et Feydeau font des irruptions dans l'écriture de Berger, ce qui ne manque pas de désespérer le lecteur, de le faire hurler de rire, de l'agresser, de le contenter. Un chef d'oeuvre où le langage est finalement le premier personnage. C'est d'ailleurs ce que disaint Henri Miller, un chef-d'oeuvre, c'est là où le langage est le premier personnage... Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


D.L. BIRCHFIELD. CHAMPS D’HONNEUR. Field of Honnor. Éditions du Rocher. Collection « Terres étrangères » 2009. 254 pages. 24x15. Broché. Traduit de l’anglais (États-Unis) par Françoise Perriot. 20 Euros.
O.L.N.I, objet-littéraire-non-identifié ; attention, une fois entre vos mains, ce livre n’est pas à lâcher. La prose de D. L. Birchfield est hantée. La paranoïa générée par le traumatisme post-vietnamien n’y est pas pour rien. Elle est heurtée et violente. Directe, elle frappe l’imagination et l’histoire des Indiens choctaws d’hier et d’aujourd’hui en échouant ses meurtrissures sur les rivages de la science-fiction. Birchfield est l’un des principaux représentant d’un courant d’avant-garde des nouveaux écrivains indiens, Natives American, incarné par Gerald Vizenor et ses auteurs, plus proches de la survivance active que des postures victimaires qui ne trompent plus personne. L’écriture hachée, underground et pour tout dire, masculine de D.L. Birchfield est une irruption dérangeante, mais salvatrice, dans le petit monde ronronnant des littératures ethnico-plaintives. Entre l’univers de l’armée américaine et celui des guerriers choctaws grondant sous la terre, il n’y a pas l’espace d’un papier à cigarette. Un redoutable panachage entre le surréalisme allumé du Chippeway Gerald Vizenor et la fantaisie débridée et noire du Paiute Adrian C. Louis.

D.L Birchfield est membre de la nation choctaw. Il est l’auteur de plusieurs livres pour les enfants, d’un policier et d’un recueil d’essais. « Champs d’honneur » est son premier roman. Birchfield est l’un des auteurs indiens édités aux États-Unis par l’écrivain chippeway Gerald Vizenor « théoricien » du thème de la survivance active.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- MICHAEL BLAKE.  DANSE AVEC LES LOUPS. Dances with Wolves. Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge''. 1991. 353 pages.22x14. Broché. Traduit par Gilles Bergal. Présentation de la collection ''Nuage rouge''. 14.94 Euros. (98 F) .

Premier ouvrage de cette collection en mars 1990. Le livre conte l'histoire de John Dunbar, lieutenant de la cavalerie américaine du Nord. A l'issue de la guerre de Sécession dans les rangs nordistes, John Dunbar se voit affecté loin, dans les Plaines du Sud, à un petit poste frontière. En gagnant l'amitié des Comanches voisins, il découvrira un monde nouveau. Sous l'aspect d'un livre d'aventures, le texte, outre sa beauté crue, délivre un message d'amitié et d'harmonie un peu naïf que beaucoup d'Indiens ont contesté. C'est surtout le film qui a été tiré de l'ouvrage qui a suscité nombre de polémiques. Il y a les pour et les contre. Danse avec les Loups est, ne l'oublions pas le nom indien de Dunbar et non l'acte délocuté. Ce film a ennuyé beaucoup "d'intellectuels" qui réfléchissent dans les milieux bien pensants aux Indiens pauvres et opprimés des réserves, aujourd'hui. Cependant, le succès du film fut si grand - on notera que le film se passe chez les Sioux soit des milliers de km plus au nord que dans le texte ; c'est pourquoi à l'écran le vieux chef montre un casque de conquistadore espagnol, le cinéaste aurait du rectifier mais il a collé au texte, si les Comanches eurent à faire à la Conquista, ce ne fut pas le cas des Indiens des Plaines du Nord - qu'il permit à beaucoup de découvrir les Indiens d'Amérique du Nord et donc par la suite, de s'intéresser à leur histoire jusqu'aux problèmes d'aujourd'hui sur les réserves, bref de passer à une approche plus sérieuse reconnue par l'intelligenstia. Merci Danse avec les Loups.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


WIN BLEVINS. STONE SONG. La Légende de Crazy Horse. Stone Song : a novel of the life of Crazy Horse. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2008. 546 pages. 24x15. Traduit par Françoise Perriot. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Principaux personnages historiques. Postface. Mots et expressions lakotas utilisés dans ce livre. Noms des lieux lakotas. Remerciements. 15 Euros.

Grande histoire du monde des Sioux, de leur tribu des Oglalas dont Crazy Horse fut le chef emblématique, Stone Song n'a d'égal que la beauté restituée par l'authenticité et la sincérité du récit qui nous plonge au sein des racines de la mythologie lakota. Avec ce roman historique et initiatique qui reconstitue mille facette de la vie mystique et onirique de Crazy Horse, Win Blevins nous fait partager intimement la vie du leader oglala. En mettant en évidence l'importance de l'esprit tutélaire animal qui guidera le personnage tout au long de son existence, l'auteur livre une clé permettant de comprendre l'homme et l'histoire de son peuple. On assiste alors à la révélation de l'un des plus grands mythes des Indiens d'Amérique du Nord pour le suivre jusqu'à sa mort en 1877. Les événements historiques qui défilent dans ce roman dense et enlevé sont bien entendu véridiques - la plupart d'entre eux se trouvant consignés dans les archives de l'armée américaine. La façon dont l'auteur installe Crazy Horse au milieu des siens, présente ses relations avec ses protagonistes lakotas comme blanc demeure unique et rejoint la qualité historique qu'on peut trouver, à un autre niveau de lecture, dans les livres du grand historien George E. Hyde.
Avec sa passion avouée et son savoir puisé aux meilleurs sources, en partie grâce à des interlocuteurs lakota dont Joseph Marshall III, Blevins invite à une respectueuse et juste appréhension de cet univers des Indiens des Plaines.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DEE BROWN. CREEK MARY LA MAGNIFIQUE. Creek Mary's Blood. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 1997. 424 pages. 23x15. Broché. Traduit par Jean Guiloineau. 24,09 Euros. (158 F) .

Creek Mary a réellement existé. Ce roman, force souffle et foison, donne de l'histoire indienne d'Amérique du Nord une vaste fresque où, du début du XIXème siècle - avec Creek Mary à la tête des siens, les Muskogees, prennent en 1830 la ville de Savannah - au confinement dans les réserves des années 1875-1880, les descendants de Creek Mary marquent de leur sang et de leur courage ce livre et l'Histoire. Dès le début, ça commence un peu dans la perspective littéraire du Little Big Man de Thomas Berger. En effet, tout à fait par hasard, un journaliste à la Maison-Blanche en 1905 tombe sur un vieil indien qui reçoit des hommages. S'intéressant à lui, à son histoire, à Creek Mary, il se rendra plus tard au fin fond du Montana se faire compter cet éblouissant récit.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- AARON CARR. LE TUEUR-D'ENNEMIS. Eye Killers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 459 pages. 23x15. Broché. Traduit par Karin Bodson. Une carte des réserves indiennes en début de volume. 25.15 Euros. (165 F) .

Le mythe du Tueur-d'Ennemis de la mythologie navajo revit ici sous l'écriture d'un jeune auteur navajo/pueblo laguna. Une adolescente navajo est enlevée par Falke, un vampire ''âgé'' mille ans. Son grand-père, Michael Roanhorse parviendra à l'arracher au griffe du Mal grâce à sa connaissance des Chants et des rites de guérison ainsi que celle qu'on lui enseignera chez les Pueblos des Bâtons Tonnerre. Duel entre deux mondes, survie des Indiens aujourd'hui dans le sud-ouest des Etats-Unis, métaphore de l'Occident à travers le vampire transposé dans l'imaginaire navajos comme Monstre-qui-tue-avec-les-yeux, ce roman amérindien est de façon habile et instructive, littérairement et anthropologiquement parlant un rituel de guérison. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- FORREST CARTER. PETIT ARBRE. The Education of Little Tree. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1993. 298 pages. 23x14. Broché. Traduit par Jean-Marie Léger. Réédité en 1999. 19.67 Euros. (129 F) .

A la mort de ses parents, Petit Arbre avait 5 ans et ses grands-parents Cherokees vinrent le chercher pour l'emmener vivre dans la cabane en rondins qu'ils habitaient dans les montagnes du Tennessee. Grand-Père, analphabète, gagnait un peu d'argent en distillant clandestinement du whisky. Grand-mère, qui savait lire, elle, insista pour apprendre à Petit Arbre cinq mots nouveaux par semaine dans le dictionnaire. Et puis, il y avait le merveilleux livre de la nature, grand ouvert : les végétaux qui parlent, les animaux qui sont des égaux, le cycle des saisons qui se déroule avec ses rites et ses secrets...'' Un livre exceptionnel de cet auteur cherokee qui s'inspira de son enfance en face de citadins ignorants et vaniteux qui prétendent imposer aux Indiens des contraintes absurdes ainsi d'envoyer Petit Arbre dans une école "à déculturation" où il sera battu. Mais face à l'adversité, Petit Arbre-Forrest Carter saura puiser en lui une force intérieure grâce à l'affection et aux enseignements de Grand-Père. Un livre de joies et de larmes.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- FORREST CARTER. PLEURE, GERONIMO. Watch for me on the Mountain. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1991. 331 pages. 23x 14. Broché. Traduit par Jean Guiloineau. Avant-Propos d'Olivier Delavault. Epilogue. 21.34 Euros. (140 F) .

Un des premiers grands romans pour la collection ''Nuage rouge''. Une indispensable et salutaire réédition. Avec ''La Flèche brisée'' d'Elliott Arnold, ''Pleure, Géronimo'' est l'un des livres le plus important - en matière de roman - sur les Apaches. Texte lyrique, indispensable pour qui veut connaître en profondeur le monde apache, l'âme chiricahua. A la fois roman historique narré tour à tour par l'auteur, d'origine cherokee, et Géronimo lui-même comme intervenant textualisé. Sur un strict plan philosophique c'est une réussite exceptionnelle qui atteint, dans une simplicité et une clairvoyance extrêmes et rares, les sommets de la spiritualité apache. Du point de vue historique, c'est un peu les non-dits de la Flèche brisée qui forme l'écriture originale faisant de ce texte un livre plus universel que le côté « officiel cochisien » d'Arnold.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DON C. COLDSMITH. LA TRACE DE L'OURS. Track of the Bear. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 275 pages. 22x14. Broché. Traduit par Aline Weill. Une carte des réserves en début de volume. 21.19 Euros. (139 F) .

Roman. Une tribu des Plaines au milieu du XVIIIème siècle subit les assauts répétés d'un ours. Aussi loin que remonte le souvenir, le Peuple a toujours été lié par un pacte sacré avec son frère l'Ours. Pacte de respect réciproque : les vies sont sacrées. Mais un ours soudain hostile vient rôder autour du camp. Au moment où la tribu s'achemine comme chaque année vers le conseil d'été, l'ours attaque, et tue. Craignant que l'animal ne soit un esprit mauvais, un jeune guerrier Singing Wolf, décide de le tuer à son tour, quitte à transgresser la règle. Cette décision l'oppose violemment à son père qui prône le respect du pacte, et met en péril son union prochaine avec Rain, sa bien-aimée. La crise qui s'annonce, alors que chacun tente de comprendre pourquoi l'ours a attaqué, est le présage d'une menace plus grande encore, épreuve qui viendra autant de l'intérieur que de l'extérieur... Petit roman initiatique pour "débutants".

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- JAMES FENIMORE COOPER. LA PRAIRIE. The Prairie 1827 . Editions du Rocher. Collection ''Nuage Rouge''. 1992. 571 pages. 23x14. Broché. Traduit par A.J.B. Defauconpret. 14.48 Euros. (95 F) .

Faisant suite au Dernier des Mohicans, ce texte qui achève le cycle des aventures de Natty Bumppo, dit "Bas de Cuir", nous emmène dans les immenses Plaines du Grand Ouest américain. Agé de 90 ans mais encore vert, véritable incarnation de l'homme de la Frontière, Natty Bumppo, Blanc élevé chez les Indiens delawares, erre dans la Prairie, accompagné de son chien Hector. Sur la route, il fait connaissance d'une bande d'émigrants patibulaires conduits par une crapule, Ishmael Bush. Malgré son dégoût pour ces individus sans scrupules qui n'ont pas hésité à kidnapper une jeune femme, Natty Bumppo les sauve d'un raid indien. Puis le hasard lui fait rencontrer Duncan Uncas Middleton. Ce soldat en mission, en qui il reconnaît le descendant de son vieil ami Duncan Heyward, est à la recherche de sa fiancée...

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- JAMES FENIMORE COOPER. LE DERNIER DES MOHICANS. The Last of the Mohicans. Editions du Rocher. Collection ''Nuage Rouge''. 1992. 520 pages. 22x14. Broché. Avant-Propos d'Olivier Delavault. 13.57 Euros. (89 F) .

Cette collection qui a inauguré l'espace éditorial que l'on connaît sur les Indiens accueille ici un des premiers grands auteurs du roman américain de la Frontière. Réédité à l'occasion de la sortie du film de Michael Mann en 1992. Fort William Henry, le 10 août 1757. Après un siège éprouvant, le commandant anglais Munro, encerclé par les troupes franco-huronnes de Montcalm, décide de se rendre. Malgré les ordres du général français, les Indiens massacreront quatre vingt Anglais. Cet épisode restera dans l'histoire américaine comme le plus sanglant de la Guerre de Sept Ans. Fidèle à sa réputation de Walter Scott américain, Cooper (1789-1851) mélodramatise l'évènement. Alice et Cora Munro tentent de regagner le fort de leur père sous la protection du major Heyward. héros romantique par excellence, la fougue du jeune soldat n'égale que son inexpérience. Le pionnier Natty Bumppo et Uncas, ultime descendant de la tribu des Mohicans, s'avéreront des guides avertis. La forêt leur appartient, dussent-ils en découdre avec les Hurons de Montcalm. Autant que cette tragédie, c'est la sauvage beauté du site - une nature vierge et impénétrable (la wilderness) - qui inspire l'écrivain. La nature donne d'ailleurs sa spécificité au livre et en fait le premier grand roman américain.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- MICHAEL DOANE.  BALLE AU COEUR. Bullet Heart. Editions du Rocher. Collection ''Nuagerouge''. 1997. 480 pages. 24x16. Broché. Traduit par Béatrice Vierne. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Remerciements. 24.39 Euros. (160 F) .

Dans la région des Grandes Plaines, la guerre a enfin éclaté : les Indiens se battent contre les Blancs, résistent aux insultes, à l'internement et vont même jusqu'à verser le sang parmi leurs propres factions rivales. Ceci se passe non pas au XIXè siècle mais en 1972. Sur un terrain de golf, les ossements d'une jeune fille sioux sont retrouvés. Ce qu'en font les Américains ne plaît guère aux Indiens alors que nous sommes encore dans les événements de Wounded Knee. FBI, sioux et sang-mêlés s'allient, s'affrontent. Une fresque moderne et surréaliste dans sa description d'un monde révolu mais pas encore disparu. Une histoire torturée d'amour et de crimes. L'auteur a vécu sur place, sur les lieux et a partagé de nombreux moments avec les Sioux au début des années 70. Ce qu'il vit et vécu avec eux est tout à fait l'histoire politico-sociale parvint à son apogée lors de l'incident à Oglala, l'occupation de Wounded Knee et l'arrestation de Léonard Peltier. Les Indiens lui demandèrent simplement de changer les noms et d'en inventer. On dirait ici que tout est vrai ; et c'est vrai ! Attention, chef-d'oeuvre ! Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DAVID GARNETT.  POCAHONTAS.  La Princesse indienne Pocahontas. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1995. 345 pages. 22x14. Broché. Traduit par George Belbenoist. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Chronologie. Carte. 13.57 Euros. (89 F) .
Une merveille. Un grand texte d'histoire dans une oeuvre de fiction, émouvant. D'un jour de décembre 1606 où trois voiliers quittent l'Angleterre à un jour de mars 1617 où meure, en Angleterre, une Indienne, Pocahontas, du peuple du chef Powhatan de la confédération (chefferie) des Powhatan, scellera sentimentalement son dramatique destin à celui du Capitaine John Smith, se mariera à Jamestown avec lord Thomas Rolfe pour mourir à Londres sous le nom de Laydy Rebecca. C'est tout un cheminement historique et intimiste qui défile entre l'ancien et le nouveau monde mais qui ne s'échange pas pour les Indiens, pour elle. Des événements plus que prémonitoires...

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- LINDA HOGAN. LE SANG NOIR DE LA TERRE. Mean Spirit. Editions du Rocher. Collection "Terres étrangères". 2003. 401 pages. 24x15. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. 21 Euros.

Oklahoma, Territoire indien, années 1920. Le pétrole découvert sur des terres appartenant aux Osages fait la fortune des propriétaires indiens. Tous les moyens sont bons aux notables blancs pour les déposséder et, autour de la famille des Graycloud, morts et emprisonnements suspects se multiplient. Abusivement privés de leur revenus puis de leurs terres par les moyens de l'expropriation arbitraire qui rappellent d'autres temps, les Indiens se voient réduits à la misère. Red Hawk, un agent sioux du FBI est chargé de l'enquête tardive sur les meurtres d'Osages ; il prendra fait et cause pour ces "autres indiens" et suivra les Graycloud dans leur exil, renonçant à un idéal illusoire de coopération avec les Blancs.
Fondé sur des faits avérés, le roman de Linda Hogan, grand auteur chickasaw, expose le conflit de deux mondes qui ne peuvent se comprendre. Derrière les images de paysages dévastés, de bidonvilles et d'exode collectif, derrière cette société indienne qui se désagrège sous la pression de l'argent, c'est toute l'histoire des peuples indigènes d'Amérique qui transparaît et, au-delà, celle d'un drame planétaire qui se perpétue. Servie par une écriture transparente, cette oeuvre poignante, de portée universelle, et traversée d'humour se contente de suggérer. La puissance évocatrice de la narration réside au-delà du texte, dans le non-dit. C'est dans le silence discret que s'inscrit l'émotion, que se tisse l'atmosphère oppressante du roman à travers lequel se meut un univers spirituel indien très présents.

Indienne chickasaw, Linda Hogan, poète, romancière, essayiste, a reçu un American Book Award Winner de la fondation Before Colombus. Titulaire de nombreuses distinctions littéraires, finaliste pour cet ouvrage du Pulitzer, elle est professeur à l'Université du Colorado et travaille en tant que bénévole à la préservation de la faune sauvage.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- LINDA HOGAN. POWER. Power. 288 pages. 22x14. Editions du Rocher. Collection "Terres étrangères". 2006. 288 pages. 22x14. Broché. Traduit par Danièle Laruelle.  Publié avec le concours du Centre National du Livre. 22 Euros.

Floride, près des marais. époque contemporaine. La narratrice et héroïne, Omishto – Celle-qui-regarde - jeune indienne taiga de 16 ans, vit entre sa mère taiga occidentalisée, un beau-père qui la maltraite, et Ama, sa tante d'élection. Ama vit seule, à la manière indienne, mais en marge des communautés, blanche comme indienne. Un jour, l'animal sacré qu'est le Grand Chat – panthère, jaguar, ocelot ou cougar – et un terrible ouragan vont bouleverser la vie de Omistho et des siens. L'ouragan va déraciner un arbre millénaire, défigurer le pays comme l'on fait déjà les Blancs : l'ouragan dont la description est ici proprement étourdissante à tel point que la couverture du livre américain le symbolise – révèle, ou rappelle, le mythe de Création des Taïgas, et le Pouvoir du Vent ; un mythe réactualisé grâce un tour de force romanesque. Après l'ouragan la jeune fille part avec Ama et voit sa tante tuer une panthère. Elle sait que c'est un crime, car l'espèce est menacée et sa chasse interdite. Ama est arrêtée et Omishto montrée du doigt par la communauté blanche. Suivent deux procès, celui de la loi américaine qui acquitte Ama et le jugement des Anciens qui la condamne au bannissement. Elle disparaît. Omishto s'installe chez elle, elle rêve et réfléchit tandis que tous viennent à sa porte lui demander des comptes, lui demander le récit, sur la fin de l'animal sacré. Le roman imprègne, envoûte le lecteur. Avec Omishto, on vit le déchirement, le non sens, l'ambivalence et l'exil du coeur, pour, peu à peu, pénétrer le mythe jusqu'à appréhender une forme de pensée autre celle des anciens taigas, gardiens de la tradition. L'oeuvre place les Indiens, et ce qu'ils représentent, au rang des espèces menacées face à une forme de destruction bien plus dangereuse qu'un cyclone. L'ouvrage montre combien le langage – oral comme écrit - peut être dangereux, puissant, bien plus que le Pouvoir de l'Ouragan.

Née en 1947, Linda Hogan est Chickasaw, nation indienne qui fait partie des Cinq Tribus Civilisées de l'Est des états-Unis. Romancière, essayiste et poète, elle a reçu l'American Book Arward et enseigne à l'université du Colorado. Son oeuvre s'inscrit dans le patrimoine de la littérature indienne contemporaine aux côtés des plus grands comme de N. Scott Momaday et Louise Erdrich. La présente collection a publié son roman « Le Sang noir de la terre », finaliste du Médicis étranger 2003 et son essai, dans la collection ''Nuage rouge'' : ''Femme-qui-Veille-sur-le-Monde''.

Linda Hogan, considérée comme une des grandes voix féminines indiennes, comme Leslie Silko et Louise Erdrich, a connu un bon succès de presse et de librairie avec Le Sang noir de la terre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


 - LeANNE HOWE. EQUINOXES ROUGES. Shell Shaker. Editions du Rocher. Collection "Terres étrangères". 2004. 288 pages. 22x14. Broché. Traduit par Danièlle Laruelle. 22 Euros.
Le meurtre en 1738 du chef Choctaw Red Shoes, et celui en 1991 du responsable politique de la tribu, Redford McAlester, donne à cette auteur Choctaw une subtile occasion de réactualisation des traditions tribales. Des esprits remontant aux mythes de la Création, rejouent les mêmes combats pour les même valeurs à travers des acteurs humains ensevelis dans le grand cycle de l'Histoire. Au XVIIIè siècle, Shakbatina, danseuse Secoue-Coque-d'Ecailles aux carapaces de tortue, héritière de la tradition des Pacificatrices, donne sa vie pour sauver celle d'Anoleta sa fille et épouse de Red Shoes. Des générations plus tard, son esprit revient hanter les femmes choctaws de la famille des Billy, ses descendantes du XXème siècle : Auda Billy est accusé du meurtre de McAlester qu'on retrouve mort dans une compromettante situation ; McAlester était en prise avec les mafias tournant autour du casino de la réserve comme Red Shoes le fut avec les factions choctaws alliées aux ennemis chickasaws. Susan Billy la mère d'Auda se sacrifie à son tour pour sa fille ; elles deviennent alors les avatars de Shakbatina et de Anoleta comme McAlester est celui de Red Shoes. Interviennent également les soeurs d'Auda comme Adair et Tema qui avec leurs vieilles tantes, anciennes gloires d'Hollywood reviennent à la réserve, au foyer attirées par de mystérieuses intuitions. En contrepoint, on voit défiler de curieux personnages comme Femme-Porc-Epic, une vieille femme-médecine qui répond au sobriquet de Sarah Bernhardt, ou encore cet agent de l'IRA appelé James Joyce en lien avec les organisations terroristes et les mafias du casino. Surréalisme et réalisme social, visions chamaniques et quotidien terre à terre, histoire et mythe se mêlent ici de façon éméchée, luxuriante, empruntant à des constructions qui peuvent évoquer Sepulveda ou Garcia Marquez. Cette fresque littéraire - au thème indien transcendé par la portée universelle du livre - nous propose une fantastique immersion dans l'Amérique indienne semi-rurale d'aujourd'hui. Elle touche à la tragédie shakespearienne revue à la lumière des traditions choctaws.

LeAnne Howe, Indienne choctaw, est l'auteur d'articles, d'essais, de scénarios pour le théâtre et la télévision. Enseignante, elle donne ici son premier roman qui a été distingué en 2002 par l'American Book Award Winner.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- ROBERT F. JONES.  L'AGONIE DE LA PRAIRIE. Tie my Bones to her back. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1998. 334 pages. 24x15. Broché. Traduit par Béatrice Vierne. Une carte des réserves indiennes en début de volume. 22.11 Euros. (145 F) .

Roman. Wisconsin, 1873. La panique financière accule de nombreux Américains au suicide. Ceux qui ont le courage de survivre partent vers l'Ouest. C'est le cas de Jenny et Otto Dousmann, émigrants allemands : après la mort de leurs parents suicidés, ils se dirigent vers les Grandes Plaines, le bourbier de la Prairie et ses cadavres. Ils s'associent avec Raleigh MacKay et ses deux acolytes dont un, Tom Shield, est sang-mêlé cheyenne que Jenny va apprendre à connaître et à respecter. Elle retrouvera avec Tom et au sein de son peuple un goût de la vie qu'elle avait perdu. Ce roman, d'une prodigieuse écriture, à la fois sauvage et lyrique, s'avère être un réquisitoire lapidaire contre la sottise écologique à sens unique et le révisionnisme historique. La Prairie, véritable personnage du livre, réceptacle d'un monde à l'agonie, fait corps avec le massacre des Indiens et des bisons. Marqué par la violence et le sang, ce tableau de l'Ouest américain, avec ses descriptions macabres, mais réalistes, aussi bien des Blancs que des Indiens, n'épargne personne.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- LOUIS L'AMOUR.  HONDO, L'HOMME DU DESERT. Hondo. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 1993. 234 pages. 23x14. Broché. Traduit par Joseph Majault. Préface d'Eric Leguèbe. Annexe filmographique établie par Eric Leguèbe. 18.29 Euros. (120 F).

Préfacé par un grand spécialiste du Western en Europe, avec en annexe la liste de tous les ouvrages de l'auteur, ce roman, qui véhicule toutes les valeurs morales traditionnelles du genre, met en scène le chef apache Victorio et des personnages attachants qui reste à sa merci. Réédition du précédent ouvrage. Roman en pays Apache vers les années 1878 lors des grandes guerres du chef apache mimbreno Victorio (Beduiat). Un grand auteur de l'Ouest met ici en scène des personnages très attachants. Au tout début de sa carrière ce texte avait pour titre ''The gift of Cochise'' (le cadeau de Cochise) ; avec le temps, l'intrigue a quitté le prestigieux chiricahua pour trouver Victorio, le successeur énigmatique du leader mimbreno Mangus Colorado. Un film, de John Farrow avec John Wayne et Géraldine Page en a été tiré en 1952. De par ses précisions sur les hommes, l'environnement naturel et la description des comportements, ce texte est une oeuvre d'observation comme si l'auteur avait vécu à cette époque.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- ADRIAN C. LOUIS. COLERES SIOUX. Les Guerriers d'Iktomi . Skins. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge'' . 1997. 358 pages. 24x15. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. Avant-Propos du traducteur. Carte des réserves d'Amérique du Nord en début de volume. Adrian C. Louis est né dans le Nevada. Indien paiute lovelock, ancien directeur de la rédaction du Lakota Times, il enseigne depuis 1984 à l'université Oglala Lakota dans la réserve de Pine Ridge, Dakota du Sud. 22.56 Euros. (148 F) .

Un des romans indien des plus violents et réalistes de ces dernières années : Rudy Yellow Shirt, Sioux oglala, membre de la police indienne de Pine Ridge, passe son temps à arrêter les Indiens en état d'ivresse dont son propre frère Mogie. Une nuit, pendant son service, Rudy donne de la tête contre une pierre et tout bascule : Iktomi, le trickster araignée sème la zizanie dans sa vie. Rudy se voit alors devenir le Guerrier de la vengeance, un justicier de l'ombre qui châtie. Ainsi il mettra le feu à un débit de boisson, symbole de la destruction des Sioux. Personnage trouble, Iktomi lui réserve une surprise diabolique, déclenchant une série d'évènements qui bouleverseront ses rapports avec son frère. Construit et raconté à la façon des cycles de légendes indiennes, truffé d'argot, imprégné de tradition orale, ce roman nous entraîne dans le monde des Sioux d'aujourd'hui, un monde ancré dans une réalité désespérante. Des personnnages dignes pris entre passé mythique et présent sordide. Un des grands représentants de la littérature amérindienne contemporaine. Un peu snobé par « les milieux qui savent... ! » Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- ADRIAN C. LOUIS. INDIENS DE TOUT POIL ET AUTRES CREATURES. Wild Indian and other Creatures. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 1999. 210 pages. 22x14. Broché. Traduit par Danièle Laruelle. Une carte des réserves en début de volume. 19.67 Euros. (129 F) .

Inspirées de la réalité quotidienne et racontées sur le modes des légendes anciennes, les nouvelles de ce recueil transcendent leur modèle et touchent au coeur de la vie des Indiens aujourd'hui. Le Trickster, animal farceur et souvent malfaisant de plusieurs mythologies indiennes, est l'inspirateur des figures qui traversent les récits : Coyotes en rut à figures humaines, Corbeaux obsédés sexuels et Ours sages ; pendant ce temps, leurs pendant humains boivent. Les histoires de la "Rez" (Pine Ridge, oglala sioux), qui s'avèrent ici réelles et impitoyables, tranchent avec l'image que l'on a de l'Indien, même l'opprimé d'aujourd'hui. Avec le Paiute Louis, pas de quartier, comme dans "Colères sioux, les guerriers d'Iktomi"... Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- JOSEPH MARSHALL III. L'HIVER DU FER SACRE. Winter of the Holy Iron. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge » . 1997. 294 pages. 24x15. Broché. Traduit par Aline Weill. Une carte des réserves en début de volume. 22.56 Euros. (148 F) .

Roman. Cette histoire, sortie de l'imagination d'un Sioux brulé (Sicangu), fait à la fois partie du patrimoine littéraire indien contemporain et de l'Histoire proprement dite, même potentiellement véridique. Sa rédaction témoigne de beaucoup de connaissances mais aussi, de la part de l'auteur d'un vécu traditionnel lakota toujours en vigueur. Hiver 1740, un jeune guerrier d'une bande sioux, les Wolftail, tombe par hasard en revenant de la chasse, sur un homme blessé. Il s'agit de De La Verendrye, un Français, le fils de l'écrivain-voyageur. Il deviendra ami avec lui malgré les dissensions créées au sein de la tribu et de la confrontation qui devra avoir lieu avec l'ex-compagnon de voyage de l'hôte des Sioux, Bruno. De l'histoire, des us et coutumes mais aussi, l'air de rien de la philosophie et une réflexion profonde sur les moyens de détenir les pouvoirs par l'information. La Verendrye détient un fusil, « Le Fer sacré ». Ce fusil a aux yeux des Indiens un pouvoir mais ceux-ci comprennent aussi que ce pouvoir n'est qu'éphémère puisque si l'homme abîme l'arme ou la perd, il est complètement démuni, exhibe sa faiblesse : sa survie dépend d'une arme qu'il ne peut fabriquer. En revanche, l'Indien peut, lui, avec une science quasi séculaire créer, fabriquer, façonner son arc, ses flèches et sa lance : il tient son pouvoir non pas d'un objet mais d'une connaissance. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Joseph MARSHALL III. UNE FLECHE DANS LE SOLEIL. Chroniques de Rosebud. Dance House. Stories From Rosebud. éditions du Rocher. Collection « Nuage rouge ». 2006. 276 pages. 22x14. Broché. Traduit de l'anglais (états-Unis) par Danièle Laruelle. Préface de Joseph Bruchac.

Avec ce recueil de nouvelles/chroniques de réserve indienne, nous ne sommes pas ici – comme d'aucuns seraient tentés de le supputer - dans le misérabilisme mais dans la dignité. Le misérabilisme néo-colonialiste – propre à ceux qui « font dans l'Indien, s'y intéressent et compatissent, souvent pour oublier qu'ils se renient eux-mêmes, leur monde ; ce qui ne lasse d'ailleurs pas d'étonner les Indiens eux-mêmes... -  ne peut arriver à la hauteur des semelles d'un grand écrivain, ainsi de Marshall. Foin de jérémiades, foin de plaintes de non-indiens en mal d'identité : nous avons affaire ici à une résistance noble, sauvage parfois, mais toujours pertinente et constructive. Nous ne pouvions en attendre moins de Joseph Marshall III, Sioux brulé-sicangu de la tribu lakota qui a donné au monde le grand chef historique Spotted Tail ; celui-là même qui a tenu la dragée haute aux Américains, avec diplomatie ainsi qu'à ses pairs les Oglalas de Pine Ridge, Red Cloud et Crazy Horse, sans parler du charismatique chef  hunkpapa Sitting Bull. Avec le peuple des Lakotas sicangus, nous sommes dans la réserve de Rosebud à l'est de celle précitée, dans le Dakota du Sud.

L'auteur donne ici une série d'histoires telles que les Indiens auraient pu les dire jadis ; des histoires pour donner des nouvelles, pour garder en mémoire les évènements qui façonnent un monde, celui des Indiens des Plaines, qui animent et à la longue charpentent une société.

Une Flèche dans le soleil est un mélange d'essais et de nouvelles basé sur des  incidents ayant eu lieu à la réserve de Rosebud. Les essais se concentrent sur les expériences mystiques dans les cultures indiennes d'Amérique, les fermiers indiens, et la rude vie dans les Hautes Plaines. Joseph Marshall raconte des histoires personnelles mettant en  scène les rapports parfois conflictuels et frustrants, parfois risibles, entre les tribus et l'administration fédérale. à ces nouvelles, dont certaines sont partiellement autobiographiques, se mêlent des éléments issus de la tradition orale lakota.

« Ces récits qui ont pour cadre la réserve de Rosebud,  sont pour certains autobiographiques, transmis par la famille pour d'autres. L'ouvrage rassemble un mélange  de cette tradition orale et de quelques essais plus généraux. Marshall s'attache à cerner ce que peut être aujourd'hui l'identité indienne et met  en avant le rôle de la mémoire, de la transmission familiale. S'en  dégagent une poésie des lieux, ainsi que des valeurs humaines positives -  des qualités de coeur, d'attention, de rapport à la nature qui dépassent  le strict cadre de l'identité indienne et ouvrent sur une philosophie de la vie  qui pourrait être utile à tous.
Ce livre n'a cependant rien de moralisateur. C'est avant tout l'oeuvre d'un conteur de talent, capable de mettre en scène la philosophie dans des  histoires vraies ou mythiques, de créer des atmosphères, de faire vivre la  nature comme les personnages à travers une écriture sobre, dépouillée d'artifice. »
 « Par son intensité, chaque récit donne envie de poser le livre pour  réfléchir, rêver, rester avec les personnages, l'ambiance, pour en tirer  "la substantifique moelle". Il a les qualités d'un livre de  chevet auquel on revient par plaisir pour retrouver telle ou telle  histoire et s'en imprégner. Il a dans le monde actuel, quelque chose de  serein, d'intemporel et de guérisseur.

Les personnages et le monde naturel décrits sont loin des stéréotypes véhiculés à l'ordinaire sur les Indiens. « Tous les récits son dignes d'éloges et vivement recommandables » écrit dans sa préface l'auteur indien abenaki Joseph Bruchac ; et de continuer : "Les pages de ces récits ne sont pas encombrées de mots, mais sobres et aérées. Marshall avance lentement, d'un pas sûr et sans défaillance, vers une harmonie si subtile qu'elle en est presque insaisissable. En communiquant les légendes et les mythes des Sioux brulés-sicangus, il décrit avec révérence la terre et ceux qui y ont vécu. Son but est de transcrire les récits de son peuple sous une forme littéraire étrangère à ceux qui les ont créés. Il parvient à nous les transmettre sans en amoindrir l'authenticité. Ses écrits se concentrent sur le rapport qu'entretiennent les Indigènes d'Amérique avec la société contemporaine sans renier leur langue ancienne. Croquant des gens qu'il a connu, Marshall tisse sa toile avec leurs manies, leurs qualités et leurs défauts, leurs conversations et leur sagesse; il révèle sa veine poétique dès qu'il évoque la beauté du monde naturel. Joseph Marshall peut-être considéré comme l'un des meilleurs écrivains contemporains de langue anglaise. Il représente un patrimoine indigène éthique et culturel avec autant d'habileté et d'intelligence que de franchise prudente et de fierté mesurée. Il écrit avec une clarté élégante qui se révèle pure poésie à la lecture. Son oeuvre apporte une contribution importante à la littérature américaine comme mondiale ».

Joseph Marshall III, Sioux lakota des Brulés-Sicangu, après des études supérieurs a été responsable et administreur des départements d'éducation et de santé dans la réserve de Rosebud, Dakota du Sud. Son oeuvre écrite est importante mais aussi très variée. Il a été traduit en Suède et donne des conférence sur les traditions des siens dans diverses parties du monde dont la Sibérie. Son roman « L'Hiver du fer sacré » a été publié dans la présente collection et en poche chez Folio. Son essai sur la condition indienne et ses mythes, « Au Nom du Loup et des Premiers peuples », a été également publié dans cette collection. Marshall III est un des porte-paroles les plus connu aux états-Unis pour la cause des siens et combat tant pour la reconnaissance de la culture indienne que pour l'insertion des tribus dans le monde contemporain en respectant leurs valeurs ancestrales respectives. Il a contribué à la révision de nombreux scénarii de films et téléfilms afin d'éviter toute dérive folklorique excessive tendant à dénaturer l'identité des Indiens des Plaines. Il a également participé à certains tournages. Jospeh Marshall III vit avec sa femme et ses nombreux enfants dans le Wyoming. Cet écrivain sioux est venu à deux reprises dans les années 90 en qualité d'invité au Festival étonnants Voyageurs de Saint-Malo et aussi lors d'une tournée de signature dans les fnacs du midi de la France et à Paris.Si son public est composé de beaucoup d'indianistes et aussi de ceux qui lisent les écrits des Indiens, documents comme littérature, Marshall a la caractéristique de pouvoir réunir les deux du fait qu'il est Sioux traditionaliste pour les uns – c'est emblématique – et que pour les autres il écrit vraiment très bien et se révèle un penseur indien contemporain incontournable et très écouté. Après son roman L'Hiver du fer sacré, Le Rocher collection « Nuage rouge » 1997, et Folio 2001, qui conte la rencontre de voyageurs français en 1740 dont le fils de l'écrivain-voyageur La Verendrye, et son essai sur les diverses conditions et considérations culturelles, sociales, religieuses et artistiques sur les Indiens aujourd'hui avec Au nom du Loup et des Premiers peuples, « Nuage rouge » 1999, le recueil Une Flèche dans le soleil est le second livre de fiction de Joseph Marshall III.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- N. SCOTT MOMADAY. LA MAISON DE L'AUBE. The House made of Dawn. Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge'' . 1993. 277 pages. 23x14. Broché. Traduit par Daniel Bismuth. Préface de Yves Berger. 18.29 Euros. (120 F) .

Roman. Acte de naissance de la littérature Peau Rouge, comme l'écrit Yves Berger. Ce livre, prix Pulitzer du roman en 1969, conte l'impossible retour au foyer, chez soi, en indianité originelle. C'est ce qui arrive à Abe, lorsqu'il revient de la seconde guerre mondiale, le ''héros'' de ce chef d'oeuvre inégalé où l'auteur, kiowa, traverse le temps, la temporalité ''blanche'', libéré des mots avec le savoir de son monde. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- N. SCOTT MOMADAY. L'ENFANT DES TEMPS OUBLIES. The Ancient Child. Editions du Rocher . Collection ''Nuage rouge''. 1996. 281 pages. 24x15. Broché. Traduit par Danielle Laruelle. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Personnages. Prologue. Epilogue. Note sur l'auteur. 18.29 Euros. (120 F) .

Avec lui-même, l'auteur cause. Le Momaday écrivain enraciné dans son monde indien se retrouve dans Grey, femme-médecine, qui avant de s'accomplir en tant qu'être avec les femmes navajos fut fascinée par l'Ouest sauvage et une de ses légendes Billy le Kid ; dans Locke Setman peintre célèbre, avec lequel Momaday trouve son côté peintre dans un art éloigné des thèmes indiens. Quand Locke Setmann apprendra que sa grand-mère Kopeh'ma est morte, il effectuera un voyage initiatique à travers lequel il retrouvera ses racines indiennes. Kopema'ha a en effet demandé à Grey de transmettre au peintre la médecine de l'Ours. L'auteur-narrateur retrouvera en lui cette entité tutélaire enfouie. Roman contemporain fascinant et lyrique qui transcende le temps, où les traditions kiowas et navajos sont conjuguées, il est l'aboutissement de deux apprentissages, de deux quêtes, de deux transformations. Mutation confiante et acceptation pour Grey, douloureuse et tourmenté pour Setman. Structure du livre : Livre premier : plans - Livre deux : lignes - Livre trois : formes - Livre quatre : ombres.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- PATRICK MOSCONI. DOULEUR APACHE. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1995. 241 pages. 22x14. Broché. Préface de Jean-Luc Hesse. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Carte de l'Apacheria, espace des bandes chiricahuas par l'auteur. Note de l'auteur en début de volume. 15.09 Euros. (99 F) .

Ce roman court présente les guerres apaches de 1850 à 1886. Ce sont les quatres grandes tribus chiricahuas qui ici sont mises en scène avec leurs chefs. Le livre s'axe, entre chaque chapître, sur le moment où Géronimo, en 1909 se meurt après une chute de cheval alors qu'il était saoul. Sur son lit de mort il se confie à Asa Daklugie, fils de Juh. Ce texte d'initiation aux guerres apaches de Cochise à Geronimo passe aussi par des chefs comme Mangas Coloradas, Nana, Victorio, Chato, Loco ; une concentration pour "débutants", qui veulent aller vite. Pour en savoir plus dans le détail et l'originel, se reporter aux ouvrages de Sweeney et Debo (rubrique histoire), de Arnold, Carter, L'Amour et Plumlee (rubrique romans), de Cole, Cuevas et Opler (religion-sciences humaines).

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DAN O'BRIEN. MEDECINE BLANCHE POUR CRAZY HORSE. Contract Surgeon. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2002. 287 pages. 24x15. Broché. Traduit par Aline Weill. Une cartes des réserves indiennes en début de volume. 20.50 Euros. (134.47 F).
Au coeur des Grandes Plaines de l'Ouest américain, de l'Histoire qui n'en finit plus de vomir l'Indien et ce qu'il symbolise, le roman de Dan O'Brien est celui d'un adieu à un monde qui vit ses dernières heures. Dans un huis-clos qui met face à face le docteur Valentine McGilly-cuddy au chef sioux Crazy Horse, O'Brien nous fait découvrir et aimer son jeune protagoniste confronté à un terrible dilemme. Dans cette histoire, aux fondements historiques véridiques avec des personnages ayant réellement existé et bien installés dans leur vrai rôle, McGilly-cuddy se souvient. Il se souvient d'abord de sa première et étrange rencontre avec Crazy Horse - alors un Indien anonyme pour le jeune chirurgien sous contrat avec l'armée en guerre contre les Sioux. Il se remémore, heure par heure, la dernière journée du chef lakota, en 1877 au Fort Robinson, ces instants passés au chevet d'un homme blessé mortellement au cours d'une arrestation ratée et dont il a fait son patient. Il évoque les campagnes indiennes, l'amitié qui s'est tissée entre lui et le chef oglala depuis sa reddition, l'impact de la défaite de Custer à Little Big Horn sur l'armée américaine, la campagne du général Crook, dite « marche de la faim » sur les Black Hills à laquelle il participait. Aux côtés du mourant, McGillycuddy réfléchit sur la politique indienne, les intérêts des uns et des autres à la survie ou à la mort de Crazy Horse, intérêts de l'armée, des Indiens des réserves naissantes, des rebelles. Il se revoit conduisant un soldat américain à l'hôpital psychiatrique, traumatisé par la dure campagne contre les Sioux. Ces fils narratifs se mêlent en une réflexion morale sur l'histoire, sur la con-dition humaine et, à travers le récit, il apparaît que les paysages des Grandes Plaines, avec ce qu'ils ont d'extrêmes, influent sur ceux qui doivent y vivre, réveillent en eux ce qu'il y a de "sauvage", et les rapprochent des Indiens dont c'est le territoire. C'est cette affinité pour la terre et ses habitants naturels qui fait de McGillycuddy l'ami de Crazy Horse. Et c'est cette amitié qui fondera sa décision finale, quant au patient dont il a la charge. La nature de la relation du chirurgien avec le grand oglala changera alors le cours de son existence et la décision qu'il prendra à l'encontre des désirs de l'armée, qui veut empêcher le chef sioux de devenir plus grand dans la mort qu'il ne l'avait été dans la vie, changera le cours de l'Histoire.

Dan O'Brien vit dans son ranch du Montana. Il a écrit de nombreux romans dont « Rites d'automne », « Au coeur du pays », « L'Esprit des collines ». Il est aujourd'hui un des grands représentants des écrivains du Montana, un écrivain de la nature, du terroir.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- DAN O'BRIEN. L'AGENT INDIEN. Indian Agent. Editions du Rocher. Collection "Nuage rouge". 2006. 344 Pages. 22x14.Broché. Traduit par Aline Weill. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Note de l'auteur et bibliographie indicative. Cartes. Chronologie des événements. 20 Euros.

Après l'assassinat en 1877 du chef de guerre des derniers Sioux rebelles Crazy Horse, Washington décide de nommer dans le Dakota du Sud  le   jeune docteur Valentine McGillycuddy comme agent indien de l'agence des Sioux oglalas, bientôt rebaptisée réserve de Pine Ridge. L'homme, honnête et sans détours, va connaître les pires années de sa carrière au service du gouvernement. Ses nouvelles fonctions vont le confronter au chef oglala Red Cloud, une forte personnalité, retors, autoritaire, à l'esprit insaisissable et dont le pouvoir et l'ascendant sur les siens, que les Blancs pensaient briser après son enfermement dans la réserve, demeurent plus fort que jamais. Dans un style envoûtant, convaincant de par l'exactitude des faits, l'authenticité des personnages, O'Brien décrit minutieusement les circonstances de la politique et des tensions des premiers jours de la réserve, au moment où McGillycuddy, le fonctionnaire qui fit l'objet du plus grand nombre d'enquêtes en Amérique, presse les Sioux d'adopter une économie agricole. Le jeune agent va en effet devoir affronter, outre la corruption et les prébendes, une opposition larvée, parfois rude et menaçante qui va pendant plusieurs années le mettre dans une position difficile vis-à-vis de ses collègues du bureau de Pine Ridge, des rares Indiens qui se sont mis de son côté et du gouvernement dont l'un des enjeux des prochaines élections présidentielles concerne la politique du Ministère de la Guerre quant à l'administration des réserves indiennes et notamment de l'aigu problème sioux que pose Red Cloud à Washington. Le face à face entre les deux hommes restera unique dans l'histoire d'un agent de réserve et son dénouement s'achèvera dans un déchirement qui incarnera à jamais le terrible symbole de la tragédie des Grandes Plaines d'Amérique.

Dan O'Brien, écrivain emblématique du Grand Ouest nord-américain a écrit neuf essais et romans, dont beaucoup ont été traduits en français dont Médecine blanche pour Crazy Horse paru dans la présente collection. Son recueil de nouvelles, Eminent Domain, a été couronné par l'Iowa Short Fiction Award ; il vit dans les Black Hills, Dakota du Sud, au coeur du pays sioux où il élève des chevaux et des bisons.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- HARRY JAMES PLUMLEE. L'OMBRE DU LOUP. Une Odyssée apache. Shadow of the Wolf. An Apache Tale. Editions du Rocher. Collection « Nuage rouge » . 1999. 222 pages. 22x14. Broché. Traduit par Aline Weill. Une carte des réserves indiennes en début de volume. 19.06 Euros. (125 F) .
Plus qu'un roman, c'est à une oeuvre littéraire méditative et exaltée à laquelle nous avons affaire. Ensevelie par une nature puissante et protectrice - on retrouve les grands accents de « Pleure, Géronimo », elle prend sa source dans l'Histoire et le personnage que fut Nakaïdokloni,. Cet Apache cibecue est un jour en proie à des visions. Un Loup blanc lui apparaît et lui parle. Plus tard le futur prophète s'enquit de cette vision auprès d'un vieux sage de la tribu, Nasta. A la suite des guerres de Cochise et de Victorio, et une longue période de paix, les relations entre les Apaches de Fort Apache, les White Mountain et les Cibicues et l'armée américaine se tendent. A Cibique Cree, en août 1881, Nakaïdoklini entraîne les siens au désastre. Il est ici le parallèle du Paiute Vovoka qui menera neuf ans plus tard les Sioux à la danse des Fantômes dont l'issue aboutit à l'assassinat de Sitting Bull et au massacre de la bande des Sioux miniconjous de Big Foot à Wounded Knee. Tout comme Vovoka, les Indiens, devaient, devenir invicibles, les balles ne pourraient pas les atteindre, Cochise et les autres allaient ressusciter. La belle affaire ! Face à cette hystérie collective, les soldats, comme les colons, voyant leurs intérêts menacés, emploient la manière forte. La carrière du prophète apache prend fin avec la vie de nombreux White Mountains, Apaches dociles qui aidèrent en masse, en qualité d'éclaireurs, l'armée US à pourchasser le dangereux-chiricahua-qui-avait-encore-le-culot-de-se-promener-dans-ses-montagne-natales-avec-Géronimo».

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- RON QUERRY. CES MOCASSINS BRODÉS DE PERLES BLEUES. The Death of Bernadette Lefthand . Editions du Rocher.Collection ''Nuage rouge''. 2019. 343 pages. 19x14. Broché. Jaquette. Traduit par Danielle Laruelle. Carte des réserves indiennes en début de volume. Postface de l'auteur. Remerciements. Note sur l'auteur. 19.90 Euros.

Fin du XXe siècle. Bernadette Lefthand est une jeune femme Apache. Très connue dans les réserves du sud-ouest des États-Unis, elle est considérée comme une star, un phénomène des pow wow, ces fêtes tribales colorées qui ont lieu dans de nombreuses réserves indiennes et qui peuvent rappeler les temps anciens à travers les costumes et les chants au son des tambours. Au moment où nous prenons connaissance de Bernadette – personnage clef de voûte du roman, incarcérée entre les croyances tenaces, le pouvoir de la sorcellerie et la violence engendrée par les effets de l’alcool – sa mère est morte depuis plusieurs années dans un hôpital des Blancs. Elle vit dans la réserve des Apaches jicarillas, au nord-est du Nouveau-Mexique, avec son père et sa sœur cadette, Gracie. Bernadette a un compagnon, un Navajo qui, tout comme elle, s’est fait un nom, mais dans le rodéo. Ils participent très souvent ensemble à des manifestations indiennes où se retrouvent des représentants de plusieurs tribus. Son compagnon a un frère. Ce sont les frères George, ils sont comme inséparables. Un jour, dans la cuisine, Gracie apprend que sa sœur a été retrouvée morte. Autour de la mort d’une jeune femme Indienne, Ron Querry a écrit un récit prenant à travers lequel s’expriment aussi les relations intertribales et les visions du monde opposées qu’ont les tribus indiennes d’Amérique du nord. Le roman, mêle l’énigme, l’intrigue amoureuse et la sorcellerie sur le triste fond de la vie quotidienne des Indiens d’aujourd’hui. Le livre tire sa puissance tragique du choix narratif. Gracie se partage le récit avec Starr, ancien mannequin à New York. Les deux voix forment un contrepoint : l’ingénuité de Gracie s’oppose à la dureté citadine de Starr cependant qu’une troisième voix plus profonde et omnisciente nous révèle tout ce qu’il nous faut savoir.
Descendant du clan Sixtown de la tribu choctaw, Oklahoneli, Ron Querry est l’auteur de trois ouvrages. Il appartient au Cercle des auteurs indigènes des Amériques et est titulaire d’un doctorat en études américaines de l’université du Nouveau-Mexique. Querry a travaillé aussi comme cow boy, professeur d’université, entraîneur de chevaux, et fut assistant du responsable de l’éducation au pénitencier du Nouveau-Mexique. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- RON QUERRY. LE DERNIER POW WOW. The Death of Bernadette Lefthand . Editions du Rocher.Collection ''Nuage rouge''. 1996. 264 pages. 22x14. Broché. Traduit par Danielle Laruelle. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Note de l'auteur. Remerciements. Note sur l'auteur. 19.67 Euros. (129 F) .

Roman. En 1993, Bernadette Lefthand, jeune Apache jicarilla est la ''reine'' des pow wow, au Nouveau-Mexique comme en Arizona. Après sa mort, trois narrateurs racontent son histoire : Gracie, sa soeur, Starr la femme d'un chanteur country qui l'employait, s'intéressait à elle et qui lisait beaucoup de livres sérieux sur les Indiens et une voix extérieure, anonyme qui nous apprend ce que les personnages ne savent pas. Le langage oral, simple, dépouillé, ce langage de réserve avec sa justesse et son authenticité devient le premier personnage de l'oeuvre. ''Le cadre du roman n'est ni idéalisé, ni simpliste, et les évènements qui conduisent à la mort de Bernadette sont complémentaires. '' C'est de la fiction, mais tout est vrai, dit Querry auteur indien choctaw (Oklahoneli). Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


BERNADETTE RIGAL-CELLARD. LE MYTHE ET LA PLUME. La Littérature indienne contemporaine en Amérique du Nord. Editions du Rocher. collection ''Nuage rouge''. 2004. 415 pages. 24x15. Broché. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Remerciements. Bibliographie. Index.. 22 Euros.

Depuis le milieu des années 60, on ne compte plus en France, les livres d'histoire et d'ethnologie parus sur les Indiens d'Amérique du Nord. Dès le début des années 80 un phénomène nouveau est apparu : les livres écrits par les Indiens eux-mêmes en l'occurrence les romans. Cette forme littéraire, contrairement à toutes les autres littératures dites « ethniques » n'a jamais été honorée, chez nous en tout cas, par un ouvrage critique. Eu égard au succès de ces traductions ce livre propose un historique de la littérature nord-amérindienne depuis ses origines jusqu'à nos jours. Le principal corpus littéraire traité est celui que l'on appelle com-munément la « Littérature contemporaine des Indiens ». L'accent est mis sur l'originalité des oeuvres, leur réactualisation des mythes, leurs références à l'histoire des tribus, mais aussi sur leur rapprochement avec d'autres littératures, dans les thèmes, la quête d'identité, la narration. Cet ouvrage devrait ainsi permettre aux lecteurs français de mieux appréhender les romans indiens qui sont déjà sur le marché, mais aussi d'avoir envie d'en lire d'autres. Il donne des repères à cette littérature très riche mais qui demeure encore mal connue car elle est toujours trop sujette à un engouement pour l'exotisme romantique. La mise au programme à l'agrégation d'anglais de l'emblématique et symbolique ouvrage de N. Scott Momaday The House Made Of Dawn (La Maison de l'aube) – « le livre fondateur de cette littérature » comme l'a écrit Yves Berger – a permis à toute une génération de professeurs et d'étudiants de découvrir ces oeuvres et à leur tour, de vouloir les faire apprécier par le plus grand nombre.

Bernadette Rigal-Cellard a publié de nombreux ouvrages et articles sur les cultures indiennes à savoir, religion, art, littérature. Plusieurs de ses études ont été traduites en Italie, en Allemagne et aux Etats-Unis. Elle est actuellement professeur à l'Université Michel de Montaigne de Bordeaux 3.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- MARI SANDOZ. AUTOMNE CHEYENNE. Cheyenne Autumn. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1996. 24x15. Broché. Traduit par Thierry Chevrier. Une carte des réserves indiennes en début de volume. Peinture de couverture de Jean Marcellin. 22.11 Euros. (145 F) .

Ce grand roman historique, classique des classiques, a été porté à l'écran par John Ford en 1964, avec Richard Widmark. Il relate la tragique longue marche des Cheyennes, en l'hiver 1877-1878, qui du Territoire indien de l'Oklahoma veulent revenir chez eux dans le Montana. Ecriture très fouillée, l'auteur est très connue pour créer des phrases extrêment complexes et très belles avec un style bien à elle reconnaissable entre tous.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Jacques SERGUINE. JE SUIS DE LA NATION DU LOUP. Editions du Rocher. collection  « Nuage rouge ».
2007. 510 pages. 24 x 15. Notes de l'auteur en fin de volume.
25 Euros.

« Je suis un Skidi pawnee, je suis de la nation du Loup ». Ainsi parle, vers la fin du XVIIè siècle, koruka-Tapuk (Ours-qui-se-bat) dont le peuple vivait à l'Ouest du Mississippi. Il pourrait dire encore : « Si l'ancêtre mythique de ma maison est le Loup, le mien propre est l'Ours. De lui je tiens mon penchant à la violence. J'ai tué Tarawa-Le-Bison. J'ai affronté à mains nues, pour conquérir mon nom, le Frère-Aîné lui-même, le grizzly. Afin de protéger mon peuple, j'ai tué des ennemis courageux . »
La tentative de Jacques Serguine a quelque chose de démesuré, puisqu'il a voulu, non raconter une « histoire indienne » mais parvenir à ce degré de sympathie et de connaissance, où un guerrier skidi né dans les Grandes Plaines vers 1650, parlerait, penserait, exprimerait son sentiment de la vie et du monde immédiatement à travers lui.
Pour les Américains en général, et peut-être plus encore pour les Européens, les Indiens d'Amérique du Nord ont toujours représenté électivement une forme de liberté ; un certain rapport libre et heureux, harmonieux en tout cas, avec soi, avec autrui, avec le monde.
Qui étaient, dans ce qu'on entend par réalité, les Indiens ? Comment vivaient-ils au jour le jour ? Comment pensaient et rêvaient-ils ? Deux sortes d'ouvrages veulent nous le dire : celui d'études à caractère ethno-historique plus ou moins scientifique et le roman. Le présent livre a tendu à combiner les deux genres. On pourrait dire de ce livre qu'il ne contient pas une ligne qui ne s'appuie sur l'ensemble des meilleures sources, des meilleures données et informations « indianologiques » dont d'ailleurs les principaux auteurs ont été publiés dans la présente collection qui l'accueille.
Ce roman prétend offrir une vérité : oui, la plupart des nations indiennes, outre celle des Skidis, vivaient, aimaient, se battaient, invoquaient les Pouvoirs, ainsi que le raconte Koruks-Tapuk, Ours-Combattant, personnage premier de l'ouvrage. Ours-Combattant, au nom de sa tribu et de son peuple, dit « Je », « Moi », il semble vraiment qu'il s'adresse à nous, qu'il nous parle. Il vivait sans doute vers la fin du XVIIe siècle.
Á travers tout ce temps il devient presque notre interlocuteur intemporel de son univers. Ce roman qui procède à la fois du récit mythologique et de l'oeuvre littéraire, décrit la vie du peuple des Skidis pawnees ou Gens-du-Loup, avant la pénétration blanche qui altéra, faussa et, à la fin, détruisit la cohérence, puis l'identité même du monde indien.
Avec ce texte où l'écrivain dévoile un arrière-pays mythologique que nous avons sans doute perdu, notre imaginaire renoue aux racines indiennes de l'Amérique du Nord.
Jacques Serguine, auteur de très nombreux ouvrages, est depuis longtemps un grand homme des Lettres françaises.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Gerald VIZENOR. CRANEURS. Chancers. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 2007. 257 pages. 22x14. Broché. Traduit par Thierry Chevrier. 25 Euros.

Avec cette première traduction en français d'un ouvrage de l'écrivain ojibway Gerald Vizenor, nous sommes les spectateurs d'une comédie dans laquelle les personnages s'évertuent à faire s'écrouler le château de carte fantasmagorique de la « Cause indienne » et de la victimisation à outrance qui l'accompagne. Le roman s'articule autour de l'acte de rapatriement des ossements indiens conservés dans les musées américains et, par là même, pose la question des identité indiennes. à l'université de Berkeley, dans la section études Indiennes, un groupe d'étudiants indiens, les danseurs solaires, sous l'emprise du monstre wiindigoo issu de la mythologie anishinaabe, s'est donné pour mission de ressusciter les ossements de leurs aïeux qui se trouvent au musée d'Anthropologie. à la manière traditionnelle de leurs ancêtres, ces étudiants se sont attribué des noms mais dans une perspective folle, comique et dérisoire qui déclenche le désordre, engendre l'insurrection culturelle, politique, vestimentaire et sexuelle ainsi de Claude Secondaire, Touche d'Appel, Blanche de Service et Fast Food.  Sous les coups de boutoir de la plume acérée vizenorienne, ils décident dans un délire érotique et violent de sacrifier rituellement enseignants et personnels administratifs qu'ils considèrent comme des ennemis. à leur esprit de vengeance s'opposent l'ironie et la sexualité débridée des danseurs du Cercle, principalement des blondes séduites par l'un des professeurs de la section, conteur brillant et incarnation de l'esprit du Trickster, personnage menaçant et farceur récurent dans les mythes de Création chez les Indiens d'Amérique du Nord.

Sur ce canevas, Vizenor déroule un récit échevelé et irrévérencieux où violence et sexualité sont subverties par une cocasserie qui confine au grotesque. Il met en jeu et interroge le concept d'indianité, les attitudes et les idéologies qu'il suscite. On y voit d'ailleurs défiler des figures clés de la littérature indienne d'aujourd'hui  ainsi de N. Scott Momaday et Louise Erdrich, aux côtés de Antonin Artaud, Samuel Beckett, Roland Barthes et Vizenor lui-même. Un double grimé de Kevin Cozener (déformation du nom de l'acteur de Danse Avec Les Loups) y fait figure de clown, et des titres du chanteur country Johnny Cash ponctuent la narration en guise de commentaires. Crâneurs est une oeuvre à clés. Un pamphlet dont les protagonistes sont des marionnettes incarnant des idées et semant le trouble. Au terme de cette fable surréaliste en essence, l'auteur nous livre un final de grand guignol sur fond de remise des diplômes de fin d'année en présence de héros littéraires ayant vraiment existé tels Pocahontas, Ishi, et quelques autres Crâneurs ressuscités. Dans ce roman-pamphlet, tout est jeu et remise en question, jusqu'au texte lui-même dont les sens se multiplient, se superposent et se contredisent sous l'effet d'une écriture qui joue en permanence sur les mots et la syntaxe. Vizenor se pose d'entrée de jeu en émule du Trickster.

Indien d'origine Anishinaabe, Gerald Vizenor, auteur de nombreux romans et essais, est également éditeur, enseignant à Berkeley et à Albuquerque. Théoricien sur la littérature indienne contemporaine, il est souvent consulté pour les questions culturelles indiennes, diplomatiques  et de muséologie.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Gerald VIZENOR. LES CORBEAUX BLEUS. Blue Ravens. O. D. Editions. Collection ''Nuage rouge''. 404 pages. Broché. 22x14. Traduit par Danièle Laruelle. 22,90 Euros.

Avec le grand écrivain kiowa N. Scott Momaday, Gerald Vizenor, ojibway, originaire de la réserve anishinaabe de White Earth dans le Minnesota, fait partie des grands auteurs « Natives Writers » qui ont tracé une voie littéraire nouvelle et spécifiquement amérindienne. Vizenor tisse ici un portrait historique des soldats indigènes venus combattre en France durant la Première Guerre mondiale en 1917 et notamment des deux frères Ojibways Basile et Aloysius Beaulieu qui ont grandi dans la réserve où est né l’auteur. Les Corbeaux bleus contient de nombreux thèmes récurrents de Vizenor savoir la puissance et l’ironie des mythes tribaux qui forgent la trame du roman, les avantages qu’il y a à perdurer plutôt que de se poser en victime, la raison naturelle et la résistance. Avec un sens aigu du « hasard, des liens totémiques et sur la nature transitoire de notre passage en ce monde », le livre, puissant, s’avère être un prodigieux entrelacement des instances dramatiques et « naïves » de la vie de réserve avec celle vécue dans les « tranchées » ; vies liées aux mythes tribaux et aux grands mouvements artistiques et littéraires parisiens d’avant et d’après-guerre quand l’auteur convoque, allègrement mais toujours subtilement et fermement justifié, cubistes, fauvistes, impressionnistes mais aussi des poètes et des écrivains comme Apollinaire, Joyce, Ezra Pound, Hemigway, Cendrars, André Breton, Paul Eluard, Gertrude Stein, tous immergés dans le bouillonnement inouï des galeries d’art, des librairies, des cafés, du Marais à Montparnasse où les Dômiers se réunissent, se scrutent, se reconnaissent, s’enguirlandent, se toisent... Et les deux frères, l’un peignant toujours et partout en toute circonstance des corbeaux bleus, l’autre, structurant le récit dans sa forme et son sens avec l’Odyssée d’Homère dont les lectures profondes des Livres ponctuent chaque étape, de ce monde entier qu’est ce roman, comme un repère.
« Les guerriers avaient résisté aux croisades militaires et à l’enfermement dans des réserves fédérales Les corbeaux bleus et les guerriers étaient représentés sur le monument avec les visages torturés des gueules cassées et des soldats blessés. La feinte d’une présence indienne romantique et le camouflage des visages mutilés... »

Gerald Vizenor est un écrivain prolifique, un critique littéraire, et un citoyen de la réserve de White Earth, terre des Anishinaabes dans le Minnesota. Il est professeur émérite d’études américaines à l’université de Berkeley en Californie. Il est l’auteur de nombreux romans, recueils de poèmes, et d’études critiques sur les cultures indigènes d’Amérique, l’identité, la politique et la littérature. Son roman, Chancers, a été traduit dans la présente collection sous le titre de Crâneurs et les Éditions Métailié, dans leur collection « Suites » ont publié des nouvelles des « épigones littéraires » de Vizenor, avec une nouvelle du « maître » en 2008, avec
Des nouvelles des Indiens d’Amérique du Nord (Native Storiers : a series of American narratives) traduites par Dominique Letellier.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


- FRANK WATERS.  L'HOMME QUI A TUE LE CERF. The Man who Killed the Deer. Editions du Rocher. Collection ''Nuage rouge''. 1992. 299 pages. 22x14. Broché. Traduit par Daniel Bismuth. Note d'Olivier Delavault. 21.34 Euros. (140 F) .

Roman. Nouveau-Mexique 1922-1933. Cet ouvrage a été considéré par la critique américaine comme le meilleur roman qui ait été écrit sur les Indiens d'Amérique, comme le plus beau. Admirable par sa composition et son style d'une harmonieuse et très savante simplicité, d'une poésie authentique, ce livre est l'histoire des tourments et de l'évolution d'un jeune indien Pueblo qui à son retour dans sa tribu après des années passées au loin dans une école américaine, se trouve désaxé et persécuté. A la faveur de quoi, c'est toute la vie quotidienne d'un village pueblo qui nous est présentée, avec ses coutumes, la signification peu connue de ses cérémonies rituelles, le caractère intuitif de son savoir, sa morale et sa métaphysique élevée. Pour en savoir plus sur ce livre.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Charles L. WOODARD. VOIX ANCESTRALES. Conversations avec N. SCOTT MOMADAY. Ancestral Voice. Conversation with N. Scott Momaday. Editions Indiens de Tous Pays. Collection « Nuage rouge ». 2010. 282 pages. Broché. 22x14. Notes. Remerciements. Broché. Traduit par Daniel Lemoine. 20 euros.

Dialogues, conversations, entretiens. Les trois à la fois pour ce grand témoignage du mythique écrivain kiowa, le seul indien d'Amérique ayant eu le prix Pulitzer, en 1969, pour son chef d'oeuvre The House Made Of Dawn. Il s'agit ici d'un dialogue sur la littérature indienne mais avec la voix de Momaday, nous entendons celles enfermées dans les livres et les ressacs de l'Histoire.

Outre qu'il est l'écrivain indien d'Amérique du Nord le plus connu dans le monde, N. Scott Momaday est déjà venu plusieurs fois en France – notamment au Festival étonnants Voyageurs de Saint Malo – à l'occasion des livres traduits pour la présente collection. Artiste de la Paix à l'Unesco, invité d'honneur pour l'inauguration du Musée du Quai Branly, cet écrivain, puriste de la langue et philosophe du langage, nous fait par de ce qu'il entend dans ce que représente pour lui l'acte même de conter, d'écrire au sens très indien du terme. En exprimant la quintessence de son monde mythologique, tant sur les plans personnel, philosophique, historique et spirituel, Momaday replace l'individu au centre de la création artistique, de son identité propre et de son émotion unique.

La collection Nuage rouge a publié cinq ouvrages de Momaday dont le fameux La Maison de l'aube. Trois de ses livres traduits dans ladite collection ont été repris en poche chez Folio.

Acheter ce livre chez Lalibrairie, chez Paris Librairies, ou chez Place des Libraires.


Retour à l'accueil

Site maintenu par Olivier Delavault. Pour m'écrire, cliquez ici.



© Olivier Delavault - Mars 2000.